SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Broken Arrow - Edition Blu-ray (France)
"Broken Arrow - Edition Blu-ray (France) "
de John Woo
 

Avec John Travolta, Christian Slater, Samantha Mathis.
FPE Vidéo

John Woo, le génial cinéaste de Hong-Kong qui signa (pour ne citer que les films qui lancèrent sa renommée) « Le syndicat du crime », « A toute épreuve », « Une balle dans la tête » sans oublier le choc mondial que fut « The killer », partit à l’approche de 1997 qui voyait Hong-Kong être restitué à la Chine, aux USA pour y démarrer une nouvelle carrière. En plus, on lui déroulait le tapis rouge. Pour beaucoup, John Woo aux States, c’est « Mission : impossible 2 ». Mmmouais. Pour l’instant, il y réussit deux chefs-d’œuvre, d’abord « Face/Off » (« Volte / Face » en vf) qui vient de ressortir en HD-DVD import (lisible chez nous, hein, n’oubliez pas !) dans une édition Collector deux disques laissant la part belle aux interviews sur cette mise en chantier, alors que chez nous, le film est sorti en Blu-ray tout simple. Point commun entre les deux : les copies sont magnifiques. Donc vous pouvez y aller pour le Blu-ray Disney. L’autre chef-d’œuvre signé chez l’oncle Sam, c’est « Windtalkers », grand film de guerre méconnu et très sous-estimé. Ensuite, il y a « M :I 2 » qui est ce qu’il est mais toujours mieux que l’opus 3, et le très sympathique « Paycheck ». Mais avant tout ça, il débuta sur le sol américain grâce à notre Van Damme qui, à l’époque, charriait son petit public en salles (maintenant, il cachetonne en vidéo, et fait lez bonheur des soirées des plates-formes pétrolières !) avec l’excellent et très fun « Chasse à l’homme ». On oublie JCVD, mais tout le reste vaut le coup (Lance Henriksen est génial, et certaines séquences rehaussent le niveau de ce qui aurait pu n’être qu’une petite série B parmi d’autres). Le second film de Woo fut « Broken arrow », qui cassa la baraque au box-office US. Alors qu’il s’agit de son moins bon film tourné « là-bas ». Juste après, il tournera « Face/Off », le total opposé qualitatif de son art. En soi, « Broken arrow » n’est pas pire que d’autres. C’est simplement qu’il est la caricature du cinéma de John Woo, aidé en plus par un John Travolta mauvais comme un cochon, lui qui sera si brillant dans « Face/Off »... La sortie du film en Blu-ray permet de revenir dessus, et de savoir si, les années passant, « Broken arrow » s’est bonifié ou non. Logiquement, non, pas de surprise...
Deux pilotes émérites sont sélectionnés pour être aux commandes d’un bombardier furtif B3 armé d’ogives nucléaires. Pour Riley Hale, le major Deakins est un modèle. Mais quand ce dernier dévoile ses plans, à savoir pirater l’avion, et dégage Hale au dessus du désert, le jeu change. Ayant survécu, hale va tout faire pour retrouver Deakins et lui faire payer, sans retenue cette fois, sa trahison et envers son pays, son corps de métier et envers son élève.
L’édition Blu-ray étant minimaliste question bonus (bande-annonce...), on passe directement aux qualités techniques du film sur ce support. Agé de dix ans, soit assez jeune, « Broken arrow » retrouve une seconde jeunesse via le Blu-ray. Chaque plan aérien est nickel, les couleurs sont ravivées (le décor s’y prête : désert, soleil, ciel bleu), et même les séquences nocturnes habituellement point faible de la haute-défintion pour certains films un tantinet âgés, se révèlent simplement nettes. Malheureusement, le film en soi demeure toujours aussi bancal, et voir que le Blu-ray lui offre sa plus belle copie à ce jour laisse une légère amertume en songeant aux chefs-d’œuvre qui n’ont pas été aussi bien servis (comme « Starship troopers » par exemple). En effet, à la revoyure, « Broken arrow » conserve ses mêmes défauts : un scénario énorme, des séquences « made by John Woo » qui n’épatent plus mais font plus l’effet de numéros de cirque vu leur intérêt dans l’histoire, et le pire de tout, le cabotinage de Travolta, mâchoires crispées, dents serrées dès qu’il parle. Le top du ridicule. Face à lui, Christian Slater, c’est Marlon Brando ! Bon, aujourd’hui, Slater, c’est la star des séries Z friquées style « Alone in the dark », plus dure fut la chute aussi. Mais bon, ne soyons pas totalement négatifs : j’ai revu « Broken arrow » un dimanche après-midi pluvieux, visuellement, j’ai apprécié la copie Blu-ray, et franchement, on ne s’ennuie pas. Mais à la fin, on se rappelle que c’est John Woo qui est derrière la caméra, et là, ça fait quand même un peu mal.

Film : 5/10
Blu-ray : copie excellente, image 1920x1080p Haute Définition 16x9 2.35 :1 - Bonus : 1/10 : bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire