SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Return to House on Haunted Hill
"Return to House on Haunted Hill"
de Víctor García
 

Avec Amanda Righetti, Cerina Vincent, Erik Palladino, Tom Riley, Jeffrey Combs

Inédit DVD - zone 2

Après le succès modeste de LA MAISON DE L’HORREUR (remake d’un "classique" des fifties signé William Castle) on aurait pu logiquement s’attendre à ce que les producteurs enfoncent rapidement le clou. Pourtant il faudra attendre sept longues années pour voir débarquer cette suite à petit budget destinée au marché du "direct to DVD". Sans doute ne croyaient ils que moyennement dans leur concept et, à la vision du produit fini, regardable mais inconsistant, on ne peut pas totalement leur donner tort.
L’intrigue n’est pas vraiment captivante, même si les prémices se veulent un tant soit peu originaux. En gros, un scientifique désire s’approprier l’Idole de Baphomet, une statuette maléfique jadis vénérée par les Templiers. Il découvre finalement la cachette de la relique, située - évidemment ! - dans la fameuse "maison sur la colline maudite". Mais un de ses anciens assistants, motivés par des désirs plus bassement matériels (cinq millions de dollars quand même !) souhaite lui aussi s’emparer de l’Idole. Avec une bande de truands de bas étage ils prennent en otage le professeur, deux étudiants, la journaliste Ariel Wolf (sœur de la seule survivante du premier film, laquelle vient de se suicider) et son copain Paul. Tout ce petit monde se retrouve dans la maison hantée...
RETOUR A LA MAISON DE L’HORREUR a été conçu pour bénéficier des avantages des formats HD DVD en laissant le spectateur décider de la progression de l’intrigue au fur et à mesure du récit, aboutissant ainsi à 96 versions possibles différentes. Mais on se demande qui pourrait avoir le courage de les regarder toutes alors qu’une seule vision de la version "normale" semble amplement suffisante.
Le cinéaste Victor Garcia a précédemment participé aux effets spéciaux de métrages comme DAGON, HELLBOY ou ROMASANTA et a mis en scène la mini-série 30 DAYS OF NIGHT mais c’est ici son premier long-métrage. Avec le peu de moyen dont il dispose, le bonhomme s’en sort bien et réussi à donner un minimum de cachet à son film, lui évitant de paraître trop misérable. Dommage qu’il ne puisse rien contre un scénario banal et des acteurs pas franchement concernés, même si on apprécie les trop rares apparitions de Jeffrey Combs.
Comme la majorité des petites productions horrifiques récentes, RETOUR A LA MAISON DE L’HORREUR mise essentiellement sur l’humour et le gore pour emporter l’adhésion. L’aspect comique, hélas, tombe le plus souvent à plat et seules l’une ou l’autre séquences parviendront à arracher un véritable sourire au spectateur. Le gore, pour sa part, s’avère bien plus réussi, en dépit d’effets visuels parfois un rien limite. Mais, dans l’ensemble, les nombreuses morts violentes fonctionnent et sauront satisfaire l’amateur de carnage décomplexé. Visage arraché, corps mis en pièce, type écartelé par des fantômes, crâne broyé par la chute d’un réfrigérateur...Victor Garcia met le paquet et soigne particulièrement les apparitions des spectres, assez effrayants même si ouvertement inspirés par certaines productions asiatiques récentes (JU ON ou RING en particulier). Elément indispensable à tout film d’exploitation, un peu d’érotisme est également présent, surtout lors d’un étrange et un peu dérangeant trio lesbien...composé d’une jeune femme et de deux mortes vivantes qui se décomposent au cours de l’étreinte.
RETOUR A LA MAISON DE L’HORREUR n’est, en définitive, pas déshonorant, surtout pour une suite destinée directement au DVD d’un métrage pas franchement mémorable. Sa courte durée (moins d’une heure vingt) permet de ne pas trop s’ennuyer et, avec une bière et des pop-corn, il y a même moyen d’y prendre un certain plaisir coupable.

Frédéric Pizzoferrato



Retour au sommaire