SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Black Christmas - Edition zone 2 - Inédit
"Black Christmas - Edition zone 2 - Inédit "
de Glen Morgan
 

Avec Katie Cassidy, Michelle Trachenberg, Dean Friss
TF1 Vidéo

Encore un remake ? Oui et non. Oui, parce qu’il s’agit de refaire un « classique » de l’horreur des années 70, le précurseur à « Halloween » même, signé Bob Clark, un petit « slasher » pas terrible du tout sur un maniaque terrorisant des étudiantes dans leur maison de campus. Revoir aujourd’hui « Black Christmas » démontre aisément que le statut de ce film tient à ce qu’il fut un des premiers. Mais la consécration n’arrivera qu’avec « Halloween », bien entendu, qui lui n’a pas pris une ride et dont le remake laisse encore un goût maussade dans la bouche. Revenons à « Black Christmas » : et non, ce n’est pas vraiment un simple remake, c’est une nouvelle version de la base de l’histoire. Et qui s’y colle ? Glen Morgan, un des meilleurs scénaristes de « X-Files » et de « Millennium », scénariste de deux « Destination finale », passé derrière la caméra pour son excellent remake (déjà !) de « Willard » qui se vautra au box-office. Mais Morgan remit le pied à l’étrier pour ce « Black Christmas » qu’il réécrivit. Le film s’est fait déchirer par la critique, alors que franchement, c’est un des meilleurs « slashers » vus depuis longtemps, et contrairement à « Halloween », il surpasse aisément son modèle.
Billy n’a jamais eu de chance. Né avec une maladie rare du foie, il a le teint jaune citron. Enfermé dans le grenier par sa mère quand elle a découvert qu’il l’avait vue en train de tuer son père avec son amant (vraiment mal barré dans la vie, le pauvre gosse !), il en descend quelques années plus tard, mutilant sa « jeune sœur », tuant son beau-père, massacrant sa mère et la dévorant en partie ! Enfermé en asile, il vient de s’échapper, et retourne dans sa maison devenant le dortoir d’étudiantes coincées là pour Noël. Le massacre peut commencer.
Comment faire du neuf avec du vieux ? Adorant l’original, Glen Morgan reprend l’histoire, crée le passif de Billy qu’il intègre de temps en temps à l’histoire actuelle, en faisant une victime dès la naissance dont la douleur et la tristesse vont se transformer en haine pour sa dégénérée de mère. Là-dessus, conscient des nouveaux codes du genre, et souhaitant réellement donner une identité nouvelle au film, il essaie de rester réaliste dans l’action. Comprenez que les meurtres sont fulgurants et implacables, parfois très gores (même si Morgan s’en défend, vu que ce n’est pas son « truc », mais voir une victime énucléée être traînée par le tueur qui met ses doigts dans les orbites comme avec une boule de bowling, hein... Et en plus, c’est la version non censurée, petits veinards !), que les protagonistes ont des réactions sensées, que l’ensemble du film est plus éclairé qu’aucun autre « slasher » ne l’a jamais été, avec des cadrages plus que soignés, et vous aurez alors une idée de ce que recèle cette excellente nouvelle version. Seule la fin laisse un peu mitigé. En bonus, on en découvre deux autres dont une qui aurait pu être celle du film en finalité. En bonus justement, deux making-of : un sur le fait de tourner un remake, l’autre sur le tournage en lui-même avec des propos de Morgan qui dit avoir subi une grosse déprime après l’échec sans appel de « Willard ». C’était avant la sortie de « Black Christmas », avant que le film ne gagne une réputation de purge totale sur le Net. Après l’avoir vu, on dira que cela provient de vieux grincheux nostalgiques de leurs premières frayeurs qui ont en même temps dû encenser le remake de « Halloween ». Car franchement, le « Black Christmas » de Glen Morgan est un des meilleurs « slashers » de l’histoire du « slasher ». Et si on pouvait rassurer Glen, on lui dirait que comme pour « Willard », il peut être fier de son remake.

Note film : 8/10
DVD : 10/10 (copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3) - Bonus : remaking « Black Christmas » - making-of - bande-annonce (vostf).

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire