SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Stardust : Le Mystère de l’étoile



"Stardust : Le Mystère de l’étoile "
de
Neil Gaiman

Editeur :
Le Diable Vauvert
 

"Stardust : Le Mystère de l’étoile "
de Neil Gaiman



Bien avant de prendre pour cible les dieux et autres immortels dans « American Gods » et « Anansi Boys », Neil Gaiman avait usé de son humour et de son art de conteur burlesque sur des personnages du Petit Monde, des fées, des sorcières, sur leurs enchantements et autres joyeuses magies. Les idées fondatrices datent, pour certaines, de 1991. En effet, c’est cette année que Neil Gaiman et Charles Vess esquissent le scénario d’une BD. Quelques croquis paraissent en 1993, mais c’est seulement en 1994 que Gaiman se met à écrire une histoire. Achetée par DC Comics, l’album sortira en 1997 sous le label Vertigo. Dans la foulée, l’auteur en fait un roman qui est publié en France en 1999, sous le titre : Stardust : Le Mystère de l’étoile

Alors, pourquoi en parler maintenant ? D’abord parce que les bons textes n’ont pas d’âge, mais surtout, parce que le 24 octobre 2007, sort sur les écrans des salles françaises de cinéma, le film réalisé par Mattew Vanghn pour La Paramount, co-produit par Neil Gaiman lui-même.

La particularité de Wall, un paisible village peuplé d’éleveurs de moutons, niché au cœur de la campagne anglaise, est qu’il est à la limite du monde réel et du monde de Faërie. Une trouée, dans un mur infranchissable, est gardée sans cesse par les hommes du village. Le franchissement n’en est permis qu’une fois tous les neuf ans, pour la grande foire qui, pendant un jour et une nuit, permet aux deux univers de ses rencontrer et ...d’échanger. C’est ainsi que Dunstan Thorn, bien qu’amoureux de la belle Daisy se laisse séduire par une vendeuse de bijoux. Trois saisons plus tard, un paquet contenant un bébé est déposé discrètement à la frontière avec un mot joliment calligraphié : Tristan Thorn.
Ce garçon grandit, entouré de l’amour de ses parents et de l’odeur des moutons, jusqu’à ce qu’il devienne fou de la belle Victoria. Dans l’espoir d’un baiser, il lui promet de la combler de mille merveilles. Or, comme toutes les belles, elle reste inflexible ...sauf s’il lui ramène l’étoile filante qu’ensemble, ils viennent de voir tomber ...dans le pays de Faërie. N’ayant pas toute sa tête, il passe le mur pour retrouver l’étoile.
Mais la chute de celle-ci attise les convoitises. Tristan va entrer en concurrence avec les héritiers du roi de Stormhold, la reine des sorcières qui a besoin d’un cœur d’étoile pour retrouver l’éclat de sa jeunesse...

Neil Gaiman savait déjà, à l’époque, trousser une intrigue, élaborer des péripéties, donner un ton humoristique au récit et émettre Des réflexions cocasses qui émaillent tout le livre.
En effet, dans ce conte, entre roman philosophique et récit d’aventures, l’auteur fait passer une large part de poésie, qu’il tempère cependant par des pensées très terre à terre, ajoutant quelques scènes que le Gore ne renierait pas. Cela forme un mélange au ton délicieux, car on passe de l’un à l’autre sans transition, même au sein d’un paragraphe.
Il crée pour animer son intrigue, toutefois assez linéaire, des personnages au profil étonnant qui entraînent l’adhésion.

« Stardust : Le Mystère de l’étoile » est un excellent roman de fantasy à redécouvrir !

Nota : Une réédition de la BD originale, inédite en français, est annoncée, pour le 8 novembre 2007, chez Panini Comics. Un bonheur n’arrive jamais seul !

Serge Perraud

Stardust : Le Mystère de l’étoile, Neil gaiman, Le Diable Vauvert, septembre 2007, 308 pages, 18,50 €






Retour au sommaire