SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Bruxelles Métropole : T.1 - Ville haute

"Bruxelles Métropole : T.1 - Ville haute " de Jean-François Di Giorgio et Pablo Santander

Sur la grand place de Bruxelles, une gamine lance des projectiles sur un garçon qui joue avec des marrons. Poursuivie, elle trouve refuge, avec son frère, dans les jupes de sa mère.
Vingt après, une ombre rôde dans la nuit. Une femme se réveille effrayée. Elle secoue Benoît qui dort près d’elle, mais celui-ci se rendort. Elle décide d’aller voir. Et l’ombre frappe avec un trident...
Quelques jours plus tard, une ravissante jeune femme est dans un train. Mélina répond à l’invitation de son frère à passer Noël avec sa mère. À la gare, contrairement à la promesse faite dans le courrier, il n’y a personne pour l’attendre. Elle se rend chez elle où sa mère lui apprend le drame. Son frère Benoît est accusé du meurtre de sa femme. Deux témoins l’ont vu se débarrasser du corps et la police a trouvé son manteau ensanglanté. D’après son avocat il risque la guillotine.
Mélina commence une enquête. Elle rencontre les deux témoins principaux et découvre que leurs dires sont sujet à caution car l’une est alcoolique et l’autre à demi aveugle.
Pour quelles raisons en veut-on à Benoît ? Pourquoi avoir tué sa femme ? Celle-ci, après avoir été un modèle de toute beauté s’était orientée vers la photographie.
Les meurtres au trident continuent dans Bruxelles ? Mélina va s’introduire dans le milieu artistique bruxellois pour essayer de comprendre, ...car elle n’a retrouvé aucune photo dans l’atelier de la morte.

Ville haute relate, dans un Bruxelles du 19e siècle fantasmé, deux parcours : celui d’une ombre masculine qui souffre mais doit accomplir sa mission et celui d’une sœur qui veut sauver son frère de la mort.
Le scénariste propose, autour de sa jolie héroïne, une succession de tableaux qui donne un éclairage de la ville et des milieux artistiques. Il sème ainsi les éléments d’une intrigue qui, cependant reste bien maigre.
Par contre, la mise en image de Pablo Santander, le traitement du dessin sont somptueux. La colorisation, qui est l’œuvre du dessinateur et de trois autres personnes est particulièrement réussie. Ils rendent tangible l’atmosphère lourde de l’intrigue, le temps hivernal. Les ciels sont vraiment menaçants.
Ce premier tome est en décalage avec la teneur du quatrième de couverture qui, je pense, anticipe largement sur le contenu du second volet de ce qui est annoncé comme un diptyque.

Ville haute, est un volume de mise en place qui laisse, malgré la splendeur des images, un sentiment d’inconsistance. Il faut souhaiter que la suite compense la faiblesse de ce tome.

Serge Perraud

Bruxelles Métropole : T.1 - Ville haute, scénario de Jean-François Di Giorgio, dessins de Pablo Santander, Éditions caravelle, coll. Urbaine (Groupe Glénat) août 2007, 48 pages, 12,50 €



Retour au sommaire