SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Black Book - Edition zone 2
"Black Book - Edition zone 2 "
de Paul Verhoeven
 

Avec Carice Van Houten, Sebastian Koch, Thom Hoffman, Derek de Lint
Pathé Vidéo

Le retour du plus génial des Hollandais fous, j’ai nommé Paul Verhoeven, dans son pays natal pour retrouver le plaisir du cinéma tel qu’il l’aime, ne s’est pas soldé par un énorme succès commercial (en France, moins de 250.000 entrées, faut dire aussi que l’affiche était bien tartignolle !), mais par contre, au niveau critique, là, c’était le « retour du roi » ! Et c’est amplement justifié : « Black book » constitue un des meilleurs films de Verhoeven, et à la revoyure, la note appliquée à la sortie du film est rehaussée : « Black book » est un chef-d’œuvre, tout simplement.

Durant la seconde guerre mondiale, une jeune chanteuse juive, Rachel Steinn, tente de rejoindre avec d’autres la partie libre de la Hollande. Mais suite à un traquenard dont elle est la seule survivante, elle s’engage dans la résistance, change son identité au profit de Ellen De Vries, et infiltre l’état major allemand et son service de renseignements. Elle en séduit le commandant, Ludwig Muntze, devenant sa maitresse. Mais les sentiments ne peuvent mentir, et Ellen commence à ressentir un amour réciproque. Partagé entre deux hommes que tout oppose, Ellen va traverser la fin du conflit avec tout ce que cela comporte de blessures, de trahisons, de chagrins et de sacrifices.

Beaucoup reprochèrent au film une réalisation « plate », limite téléfilm France Télévisions (ah oui, parfois, on entend de ces bêtises, pour rester poli...). Alors que justement, Verhoeven a volontairement tourné le dos à un cinéma hollywoodien pour revenir à un cinéma européen plus réaliste et intimiste mais non dépourvu de moyens et surtout sans perdre une once de son talent. On a l’impression de traverser un documentaire, de découvrir des vérités qu’on occultait volontairement, d’ouvrir les yeux sur des actes barbares pas tout le temps commis par les « méchants » mais souvent par les lâches, bref, Verhoeven ne trompe pas, ne joue pas la carte de l’hypocrisie. Ce moment de l’histoire, il l’a connu jeune, il en a des souvenirs, et si il y a un film auquel on peut penser en (re)voyant « Black book », c’est le magnifique « Soldier of Orange » qui traitait un autre moment de l’histoire hollandaise durant les années 40 avec Rutger Hauer en héros malgré lui, le tout signé... Paul Verhoeven. Au travers du destin de ces personnages avant tout humains dans leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs faiblesses, où le Bien et le Mal finissent par se confondre voir s’échanger, Ellen de Vries découvrira la force de survivre et de l’amour là où elle ne le pensait pas, en même temps qu’elle réalisera que ses « amis » peuvent être encore plus pourris que l’occupant nazi. Ellen de Vries, c’est Carice Van Houten, une autre grande actrice pure découverte de Verhoeven qui la transcende comme il le fit pour Sharon Stone ou Elizabeth Berkley (dans cet autre chef-d’œuvre qu’est « Showgirls », le pire film jamais fait selon les américains, ce qui ruina la carrière de Berkley...). Face à elle, une autre révélation, Sebastian Koch qu’on revit ultérieurement dans « La vie des autres », Oscar 2007 du meilleur film étranger. Comme Hitchcock, Verhoeven a le don de dénicher les plus grands talents de la gent féminine et de les pousser à donner le meilleur d’elles-mêmes. Certaines scènes crues ou dures, n’auraient jamais eu le même impact sous l’œil d’un autre cinéaste. De tout cela nait un des plus grands films de l’an passé, injustement passé inaperçu, et que sa (tardive) sortie en DVD va réhabiliter. On espérait que l’éditeur Pathé le sortirait aussi en haute-définition, il n’en est rien et pour l’instant, on pourra se rabattre sur le Blu-ray américain, lisible sur les PS3 et autres lecteurs européens, avec sous-titres français. Cette édition DVD possède des qualités techniques excellentes, mais question bonus, c’est un peu la misère : le making-of annoncé n’est rien d’autre qu’une succession de scènes filmées hors-plateau, sur les décors, les costumes, avec une petite participation de Verhoeven. Inutile de dire qu’on se sent plus que frustré. Mais que cela n’empêche pas le plaisir de mettre dans toute bonne DVDthèque, à la section Verhoeven, son dernier grand chef-d’œuvre qu’est ce « Black book » : Verhoeven is back !

Note film : 10/10 (copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3)
DVD : 3/10 - Bonus : making-of sur quelques scènes - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire