SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Pumpkinhead : les sacrifiés (Pumpkinhead 4 : Blood Feud) - Edition zone 2 - Inédit
"Pumpkinhead : les sacrifiés (Pumpkinhead 4 : Blood Feud) - Edition zone 2 - Inédit"
de Mike Hurst


Avec Lance Henriksen, Amy Manson, Bradley Taylor , Peter Barnes.
Gaumont Columbia TriStar Home Vidéo

Dans le bestiaire des plus beaux monstres du Fantastique, le Pumpkinhead (soit « Tête de citrouille ») est en bonne place. Cette superbe créature venue des Ténèbres les plus sombres fut imaginée par Stan Winston (d’après une légende sudiste) quand il réalisa son premier film. Le début de la carrière de cinéaste du célèbre maquilleur se clôtura avec le sympathique « Upworld », l’expérience n’ayant pas dû trop lui plaire au final. Et même si l’œuvre en soi n’a rien de révolutionnaire, la bestiole était suffisamment inédite, fantastique et magnifique (si, si !) pour donner au film sa notoriété, complétée par des qualités esthétiques du plus bel effet. Pour mémoire, on y voyait un homme, Ed Harley (Lance Henriksen, acteur génial qui cachetonne souvent...) aller voir une sorcière dans les marais pour qu’elle réanime une ancestrale créature, le Pumpkinhead, qui sera l’instrument de la vengeance d’Ed : son jeune fils a été tué accidentellement par des motards, et l’homme fou de douleur, n’aspire plus qu’à tous les voir morts. Mais le prix à payer est plus lourd que prévu, et Ed culpabilisera plus qu’il ne sera brisé par le chagrin de la perte de son enfant.

Une ambiance fantastique magnifique (vieux marais, de violents orages, la sorcellerie, etc...), une créature réellement superbe constituant un des plus beaux travaux de Winston, et une réalisation soignée (bon qui louche un peu par son côté campagnard vers une pub pour « Epi d’Or » !), font de ce film d’horreur gothique un petit bijou qui trouva son lot de fans purs et durs (dont moi, par exemple). Et voici qu’aujourd’hui arrive « Pumpkinhead : les sacrifiés », qui n’est autre que la troisième séquelle ! Rassurez-vous, vous n’avez pas vu les deux précédentes, ce n’est pas grave, aucun lien flagrant n’étant présent. De même, vous n’avez pas vu le premier (sorti chez nous uniquement en VHS, pas de DVD sauf en zone 1 dans une copie certes soignée mais en 4/3...), Lance Henriksen reprenant son personnage devenu un damné éternel donnant des bons conseils, vous aidera avec quelques flash-back le concernant pour expliquer sa présence. Deux familles s’affrontent depuis presque un siècle au cœur du vieux Sud mais Jodie, la fille des Hatfield, est amoureuse de Ricky, un des fils McCoy. Un soir, un rendez-vous amoureux se solde par la mort de la sœur de Ricky. Lequel veut se venger, vivre son amour librement avec Jodie, et pour cela, il va voir la sorcière du marais qui va de nouveau rappeler le Pumpkinhead à la vie. Le massacre va commencer. Et quand Ricky voudra le stopper, il sera trop tard, comme le prévient le fantôme d’Ed Harley.

Bon, ce Pumpkinhead est largement moins « beau » que celui de Winston. Même s’il reste très grand, on devine aisément un homme dans un costume, alors que celui de Winston était plus que squelettique. Scénaristiquement, ça mixe « Roméo & Juliette » avec « Pumpkinhead », pourquoi pas, même si ça ne brille pas d’une originalité folle. Heureusement, le film soigne ses effets gores, très impressionnants (tête écrasée par la patte du monstre, éviscérations diverses, décapitations, etc... Pas radin de ce côté-là !) et son milieu rural sudiste un peu vieillot donnant un certain charme au film. Loin d’être aussi réussi que son modèle, ce « Pumpkinhead : les sacrifiés » se suit tranquillement, demeure très plaisant, au point d’en être la meilleure séquelle. Mike Hurst se montre respectueux du matériau d’origine, c’est tout à son honneur, et fait de son film une série B horrifique d’un niveau correct, à la surprise générale. Question bonus, c’est le vide intersidéral ! Mais pour une fois qu’une suite « Direct-to-Video » mérite d’être vue, on ne criera pas au scandale comme pour d’autres, comme l’abominable et nullissime « Lake Placid 2 », par exemple. Il est dans les chroniques DVD du site, allez voir à quel point ça ne vaut rien !

Note film : 4/10 (copie excellente, format respecté 1.85, image 16/9ème compatible 4/3)
DVD : 0/10 : Nada total !

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire