SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Zipang 14

"Zipang 14 " de Kaiji Kawaguchi


5/10

- Un sabre peut tuer deux ou trois personnes en même temps. L’arme que je fabrique moi peut tuer 200000 d’un seul coup.

Quant un navire de guerre japonais du XXI° siècle remonte le temps et se retrouve en pleine seconde guerre mondiale on peut s’attendre à ce que se produisent des modifications temporelles.
Mais on peut se demander dans quel camp l’équipage du Miraï va se retrouver, celui de ses alliés américains du futur ou bien celui de ses compatriotes vivant sous une dictature ?
Ce tome démontre toute l’ambiguité de ce manga. Il donne une large place au combat du Miraï contre les forces américaines (contraint et forcé bien entendu) et fait discrètement l’éloge des kamikazes.
Pendant ce temps un scientifique et un général japonais discutent tranquillement de la possibilité de fabriquer une bombe atomique grace aux informations récoltées sur le Miraï. La possibilité de fabriquer un engin de mort capable de rayer de la carte 200.000 individus excite grandement le scientifique. Or cette discussion a lieu en Chine, à Nankin plus précisément. C’est à dire à l’endroit précis où en 1937 l’armée japonaise massacra par centaines de milliers de prisonniers de guerre et de civils. Or ce fait historique n’est pas mentionné dans ce manga. Le chiffre de 200.000 victimes chinoises est évoqué (1) soit le même nombre de victimes qu’envisage en souriant le scientifique japonais.
Au Japon politiciens et manuels scolaires nient ou minimisent ce massacre. Apparemment Kaiji Kawaguchi ne prend pas parti. Mais en ce domaine le choix de la neutralité ne consiste t’il pas à se ranger dans le camp des agresseurs ?

(1) il s’agit de l’un des plus bas chiffres, une estimation plus haute envisage 430.000 morts. Le chiffre des victimes chinoises de l’invasion japonaise est de 3 millions de combattants et de neuf millions de civils.

Damien Dhondt

Auteur : Kaiji Kawaguchi _ Zipang 14 _ Traduction : Thibaud Desbief, Adaptation graphique Eric Montésinos _ Big Kana (mai 2007) _ Inédit, poche, sens de lecture japonais, 252 pages dont 4 p. couleurs, 7,35 euros



Retour au sommaire