SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Le Sang noir : Intégrale

"Le Sang noir : Intégrale " de Stephen Desberg et Bernard Vrancken

Vers le milieu des années 90, Stephen Desberg, bien qu’étant un scénariste installé dans la profession, a la réputation d’un auteur de jeunesse écrivant à la commande. Il est vrai que sa boulimie de travail peut conforter cette impression. La rencontre avec Bernard Vrancken, rencontre professionnelle qui se transforme vite en amitié, va déclencher une évolution. Ensemble, ils réalisent quelques histoires courtes qui paraissent dans À Suivre. Et c’est Vrancken qui, en lui montrant des planches, réalisées pour le plaisir, sur la piraterie, pousse Stephen Desberg, déjà tenté par l’écriture d’histoires réalistes, à la rédaction de « Sang noir ».

Tristan est un quarteron qui vit avec sa mère, sur le port. Son père, un marin, n’est jamais revenu. Marc-Antoine est l’héritier d’une famille de planteurs dans les Caraïbes. Les deux enfants jouent dans l’île. Cette amitié se renforce encore lorsque Tristan sauve Marc-Antoine pris comme otage par des pirates en fuite. L’un d’eux, surpris par le courage de l’enfant, les laisse partir en lui donnant un pendentif en souvenir. Cet acte de bravoure lui ouvre les portes du domaine. Malgré sa condition modeste, il partage l’existence de Marc-Antoine, et peu à peu, Tristan se prend à espérer une autre vie, accéder à un autre statut. Bien que s’en défendant, il s’éprend de la jeune sœur de son ami, alors que celle-ci lutte aussi contre ses sentiments.
Au cours d’une réception qui regroupe tout le gratin de l’île, Tristan prend conscience que rien n’est acquis et que pour la « haute société », il n’est qu’un métis, un descendant d’esclave, ...presque un esclave ! Mais Marc-Antoine lui conserve son amitié.

Puis l’âge adulte arrive. Marc-Antoine part faire des études en France. Tristan devient contremaître de la plantation et sait se fait respecter avec humanité. Aussi, se réjouit-il du retour de son ami, à qui il pourra également demander la main de sa sœur. Mais Marc-Antoine a bien changé ! Les idées de la métropole en ont fait un véritable capitaliste qui entend faire régner la loi sévère de la productivité sur le domaine. De plus, il n’est pas question que sa sœur se marie avec Tristan.
Avec l’humiliation, vient le temps de la haine ...et celui de la vengeance. Les pirates qui sèment la terreur pourront-ils l’aider ? Il est prêt à leur livrer le domaine en pillage !

Écrite en 1996, cette histoire repose sur l’amitié et sur le métissage. L’auteur s’interroge sur ce que peut devenir une amitié de jeunesse quand des fossés importants existent entre les individus et quand il faut vivre dans un univers d’adultes. Il dresse, en fait, un bilan peu enthousiasmant sur le devenir d’une telle amitié. Par contre, il est plus confiant dans la pérennité d’un amour ! Il examine le situation des métis, revient sur les difficultés de ceux qui se situent entre deux sociétés, deux civilisations, deux races. Sur un terrain romantique, il construit un parcours initiatique, les étapes de la construction d’un individu car, il nous l’a prouvé depuis, Stephen Desberg cherche à explorer les méandres de l’âme, à comprendre le fonctionnement de la nature humaine, le comportement du terrien et les processus de l’évolution des sentiments.

On trouve dans « Le Sang noir », tous les ingrédients d’une superbe histoire qui réunit avec bonheur complots, piraterie, romance et que le grand format de l’Intégrale restitue dans sa beauté. On peut mesurer l’évolution et les progrès graphiques de Bernard Vrancker. Il fait évoluer son style, se libère de contraintes, de rigidités. Celui-ci, peu à peu, maîtrise ses personnages, les construit de mieux en mieux, leur donnant des regards d’une intensité remarquable.

« Le Sang noir », une « œuvre de jeunesse » à redécouvrir pour ses qualités intrinsèques, mais aussi comme une clé qui explique l’actualité de ces deux auteurs.

Serge Perraud

Le Sang noir : Intégrale, Scénario de Stephen Desberg, dessins de Bernard Vrancken, couleurs de Coquelicot, Le Lombard, juin 2007, 180 pages, 38 €



Retour au sommaire