SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Les Chiens de l’Hiver



"Les Chiens de l’Hiver"
de
Dan Simmons

Editeur :
Editions du Rocher (23 octobre 2003)
 

"Les Chiens de l’Hiver"
de Dan Simmons



10/10

J’avais déjà annoncé la sortie de ce livre dans le numéro 38 de Sfmag. Je reviens sur lui pour vous en parler plus longuement.

Ce que je n’aime pas chez Dan Simmons c’est sa manie de trop décrire les moindres gestes de ses personnages. On s’ennuie, on saute certains paragraphes avec l’angoisse d’avoir raté quelque chose.

Mais ceci étant dit, j’aime cet écrivain qui a su utiliser l’horreur et l’épouvante pour mieux cerner l’âme humaine, car, au fond, elles ne servent qu’à cela.

Ce livre reprend un des personnages d’un roman précédent de Simmons : Nuit d’été. Dans ce dernier, une équipe d’enfants qui se réunissaient dans le poulailler de Duane (qui sera la narrateur du roman actuel, mais en tant que fantôme...) affronte une horreur fantastique.

Mais point n’est besoin d’avoir lu Nuit d’été pour apprécier Les chiens de l’hiver.

Notre personnage principal se nomme Dale Stewart. Il a raté son suicide par miracle. Se retrouvant seul dans la vie (ou plutôt se rendant solitaire lui-même car il a quand même deux filles...) il décide dieu seul sait pourquoi, à prendre une année sabbatique pour écrire un roman sur la base de l’histoire qu’il lui est arrivée, il y a quarante et un ans en cette Nuit d’été. Et ce nouveau roman il va l’écrire sur les lieux même de ces aventures : la ferme de son ami Duane qui avait été tué à l’époque et qui n’a jamais été habitée depuis.

De description des moindres gestes de Dale en description de ses moindres gestes, Dan Simmons emmène le lecteur sur de vraies fausses pistes, devant de vrais faux personnages et place Dale Stewart face à des molosses noirs qu’il semble être le seul à voir.

Ainsi, on comprend que ce qui m’agace chez Dan Simmons constitue en réalité tout le fond de son talent. S’il prend une page complète (page 58) pour expliquer qu’il n’y a pas le téléphone dans la ferme de Duane dans laquelle il loge c’est que ce fait qui semble anodin prendra plus tard et à plusieurs reprises une importance considérable. Donc, Dan Simmons ne s’étale pas pour rien. Il le fait en espérant influencer le lecteur et il y réussit de manière formidable.
Quelqu’un dit à Dale : « s’il y a une chose que je déteste, dans ces films d’horreur, c’est le moment où les gens savent qu’il va leur arriver quelque chose d’abominable, mais restent quand même. » tout a de l’importance dans ce passage. Le fait que Dale lui-même fasse ce que déteste son interlocuteur : il reste ! Mais aussi l’identité de cet interlocuteur, sa nature réelle, ignorée à ce moment par Dale et par le lecteur, et le fait qu’il cite ensuite des films de fantômes...

Peut-être est-il bon de relire ce livre plusieurs fois.... On y prendra plaisir à chaque fois...

Un livre fantastique d’horreur, un vrai !

Alain Pelosato

Les Chiens de l’Hiver - Editions du Rocher - traduction Guy Abadia - 328 pages






Retour au sommaire