SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Patriot (Le Chemin de la liberté) - Edition Blu-ray
"The Patriot (Le Chemin de la liberté) - Edition Blu-ray"
de Roland Emmerich
 

Avec Mel Gibson, Heath Ledger, Jason Isaacs.
Gaumont Columbia TriStar Home Vidéo

Pour le grand public, Roland Emmerich est celui qui nous amena « Independance Day », un des plus gros nanars de SF jamais fait quand même. Mais beaucoup ignorent aussi qu’Emmerich commença sa carrière dans son pays de naissance, l’Allemagne, avec des films de ce genre, qui démontrèrent, reconnaissons-le, un talent certain dans cet art (ce qui lui ouvrit au bout de quelques années les portes d’Hollywood), mais qui au final n’en demeurent pas moins très oubliables. « Joey », « Moon 44 » possèdent donc des qualités techniques mais en même temps sont tellement pompés sur des références US que l’hommage n’existe plus, le rejet d’une identité propre s’effaçant au profit d’un fanatisme pro-américain (jusque dans les idées, et ses premiers films tournés outre-Atlantique exacerberont cela) des plus grossiers (« Joey » est du clonage éhonté de Spielberg doublé d’un cri d’amour à l’american way of life ! ). On attendait donc Emmerich au tournant quand les USA l’appelleraient. Ce qui se fit avec « Universal soldier », très mauvais film d’action guerrier flirtant avec la SF où le Van Damme de la grande époque (aujourd’hui, il cachetonne comme ses potes Seagal et Snipes, en alignant les tournages de séries Z en Roumanie) combattait Dolph Lundgren, tous deux super-soldats mais Lundgren ayant pété un plomb. C’est d’ailleurs lui la seule qualité du film au passage. Puis vint « Independance day », film encore plus difficilement regardable aujourd’hui. « Godzilla » malgré ses tares amorçait une nette amélioration qualitative d’Emmerich. Et « Le jour d’après » constitue à ce jour son meilleur film, une référence dans le film-catastrophe en plus. Et juste avant, il y eut ce « Patriot », au discours certes lourdingue mais qui ne vaut pas tous les quolibets désagréables qui lui furent collés dès sa sortie. Grand film d’aventures historiques, Mel Gibson y est un ancien colon soldat coulant des jours tranquilles dans son domaine avec ses enfants qu’il élève seul depuis la mort de sa femme. En pleine période de guerre entre troupes britanniques et nouveaux américains, lui souhaite rester en dehors du conflit, en souvenir des violences vues et perpétrées dans son passé. Mais l’implication de son fils ainé va le pousser à sortir de sa retraite pour combattre ceux qui veulent enchainer les nouvelles libertés du jeune peuple américain.
OK, le discours patriotique est là. Pourtant, il ne domine pas le film, qui se révèle être une grande fresque historique romanesque, où Emmerich surprit tout le monde en donnant de l’ampleur à sa réalisation là où il en fallait. Ce n’est pas encore la puissance du « Dernier des Mohicans » de Michael Mann mais dans le genre, le but est atteint. Que ce soit la première bataille en « solitaire » de Gibson ou les suivantes, plus importantes, en passant par de grands moments de réelle émotion (aaaah, la scène où sa gamine l’appelle au moment où il repart au front, ‘m’en remet toujours pas !), que ce soit par le choix d’acteurs en parfaite osmose avec leur rôle respectif, que ce soit Mel Gibson en ex-milicien meurtrier ou Jason Isaacs (Malefoy dans les « Harry Potter »), Roland Emmerich en surprit plus d’un en devenant vraiment un vrai cinéaste. Bon, tout n’est pas parfait non plus, hein, comme par exemple le village utopique des réfugiés où se côtoient blancs (toute la famille de Gibson) et noirs (proches de Gibson, gentil seigneur ne les traitant pas comme des esclaves) dans un village proche du Club Méditerranée, prête à rire. Mais bon, dans l’ensemble, ce « Patriot » est le premier vrai bon film du teuton le plus américain qu’on connaisse, Roland Emmerich.
Maintenant, si ce film est de nouveau dans l’actualité, c’est par son édition en Blu-ray. Et là, le spectacle est total : pour son âge, le film bénéficie d’une copie splendide rendant sa vision encore plus plaisante : les batailles sont détaillées au maximum, aucun fourmillement lointain, les couleurs ressortent avec encore plus de contraste, bref, même si ce n’est pas un chef-d’œuvre du 7ème Art, « The patriot » en ressort grandi. Dire qu’on en apprécie encore plus le film, est un petit pas qu’on franchit aisément. Les carences et défauts d’Emmerich passent quand même en second plan au vu d’un vrai grand film d’aventures historiques qui peut aisément trouver sa place dans une bonne DVDthèque consacrée à Emmerich, en attendant une future édition parait-il conséquente du « Jour d’après » en Blu-ray.

Note film : 8/10 (copie magnifique, image 1080p Haute Définition 16x9 2.40 :1)
Bonus DVD : 6/10 : à voir à la maison.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire