SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  Le Vampire dans la littérature du XXème siècle



"Le Vampire dans la littérature du XXème siècle"
de
Jean Marigny

Editeur :
Editions Champion
 

"Le Vampire dans la littérature du XXème siècle"
de Jean Marigny



10/10

Jean Marigny est angliciste et sa thèse sur les vampires était donc limitée au domaine anglo-saxon. Dans l’avant-propos de ce livre il le regrette. Nous le regrettons aussi mais nos regrets s’envolent à la lecture de ce livre.

« Aucun personnage de fiction n’est plus emblématique du fantastique que le vampire. S’il est vrai que (...) le fantastique se fonde sur la paradoxe, le vampire en est la meilleure illustration, puisqu’il est à la fois mort et vivant. » (P. 70)

Et l’auteur qui a lu un nombre incroyable d’histoires de vampires (le lecteur n’est pas loin de penser qu’il les a toutes lues !) décrit le vampire et le vampirisme dans toutes ses déclinaisons que l’imagination littéraire du XXème siècle a produites.

Selon lui, c’est Anne Rice, qui « en ouvrant de nouvelles perspectives sur ces personnages et en réussissant à atteindre un vaste lectorat, plus exigeant que le précédent, (...) a inauguré un véritable âge d’or du vampire. » Cela n’empêche pas Jean Marigny d’analyser l’œuvre d’Anne Rice sans aucune indulgence, notamment pour les romans qui ont suivi le cycle de Les-tat. « 

Malheureusement, (...) l’épisode suivant (Le Voleur de corps AP) Memnoch le démon, où Anne Rice abandonne son terrain d’élection qui est le fantastique pour s’engager dans la voie périlleuse de l’allégorie religieuse et morale, constitue à nos yeux un fâcheux hiatus dans la série, et tous les romans qui lui font suite donnent la triste impression d’être des ouvrages de commande destinés à pérenniser une série qui a cessé de surprendre. »

Jean Marigny rompt également le silence sur un écrivain pour le moins sulfureux qui avait appartenu au parti nazi dans un moment de sa vie : Hanns Heinz Ewers, ce qui n’enlève rien à l’œuvre stupéfiante de cet auteur. En effet, Jean Marigny note que cet écrivain allemand fit la première tentative de sortir du carcan imposé par le roman de Bram Stoker qui fit de Dracula un personnage qui jamais n’est autorisé à s’exprimer...En effet dans Vampir, d’Ewers, le roman exprime le point de vue du personnage qui souffre d’une maladie qui le vampirise.

Mais ce héros est un nazi, d’où la difficulté de faire connaître ce roman, car au fond, dans ce cas-là, la censure existe...

Le livre de Jean Marigny constitue une telle somme, qu’on a l’impression qu’après lui plus rien de nouveau ne pourra être dit sur les vampires !

Après avoir traité des différents genres littéraires qui ont mis en scène les vampires, l’auteur montre les différents visages que prennent ces derniers, et il y en a beaucoup, nous expose le contenu de cette contradiction « vivante » entre la vie et la mort, le mythe du sang, les variantes de l’érotisme dans le vampirisme, comment le vampire permet d’exprimer le vice et la vertu et l’inversion des valeurs que l’on rencontre beaucoup dans les livres à la fin du XXème siècle, et enfin, décortique vampirisme et société (pour ne pas dire politique...)

Dans les différents genres littéraires qui ont traité du vampirisme il y a, bien, sûr la science-fiction. « La science-fiction que Jacques Sternberg considérait (...) comme une “succursale du fantastique” est à la fois très proche et très différente du fantas-tique. Comme le fantastique, elle est fondée sur des éléments qui, dans l’état actuel du monde (...) est impossible. (...) Contrairement au fantastique où la logique et la rationalité sont constamment remises en question, la science-fiction, tout au moins dans sa conception la plus classique, se fonde sur une justification scientifique (...) »

Parfois seulement, parfois... Car il suffirait donc de décrire une explication pseudo scientifique pour entrer dans la science-fiction ?

Or, Jean Marigny déteste ces romans de « vampires » dans lesquels une explication rationnelle est apportée, comme La dame au linceul de Bram Stoker, dans lequel, écrit-il, « la limite du ridicule est atteinte et même dépassée. »

La partie dans laquelle l’auteur expose la manière dont on est passé du vampire comme monstre inaccessible au vampire plus moderne et plus laïcisé est passionnante...
Mais tout le livre est passionnant. Je le recommande vivement à tous ceux qui veulent comprendre les mécanismes de l’imaginaire dans la littérature...

Ce magnifique livre comprend une bibliographie complète et plusieurs index de noms. Il constitue un outil de travail en même temps qu’un livre qui fait passer un agréable moment en compagnie des vampires...

Alain Pelosato

Le vampire dans la littérature du XXème siècle - Jean Marigny - Editions Champion - 383 pages.






Retour au sommaire