SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Rocky Balboa - Edition Blu-Ray
"Rocky Balboa - Edition Blu-Ray "
de Sylvester Stallone
 

Avec Sylvester Stallone, Burt Young, Antonio Tarver.
FPE Vidéo

Sixième et dernier chapitre de la saga « Rocky », le film auquel peu croyaient, le retour d’un Stallone qui n’a jamais été aussi réaliste sur sa carrière et sa vie et sincère, voici qu’’arrive aujourd’hui « Rocky Balboa » en DVD, et en Blu-Ray. Et là, c’est de l’excellent, pas comme « Rocky » sorti il ya quelques mois dans une très moyenne édition Blu-Ray (même le DVD le surpasse !). Alors, au-delà du plaisir de retrouver Rocky dans une telle copie, un petit retour sur le film s’impose, et en même temps, l’étude des bonus du film permettra de découvrir un des meilleurs commentaires audios jamais entendus. Etonnant ? Non, c’est Stallone qui parle et quitte à mécontenter ses détracteurs, ce type est bien plus passionnant qu’ils ne le pensent...
Rocky Balboa n’est plus boxeur. Il est propriétaire d’un restaurant, entretient sa légende en racontant ses combats. Il vit à Adrian dès qu’il le peut, depuis qu’elle est partie, vaincue par la maladie. Il ne parle pas avec son fils. Rocky vit avec des fantômes, rien ne l’aide à revenir chez les vivants. Sauf ce pari fou, insensé, de livrer un match au champion du moment, Mason Dixon. Le dernier combat, celui va lui redonner le goût à la vie, l’ultime adieu d’une légende à un public qui ne l’a jamais oublié.
On en a déjà parlé lors de la sortie cinéma, on ne va pas faire dans la resucée. Bien sûr que « Rocky Balboa » parle de nostalgie mais aussi de rage de vivre, du présent, des déceptions, des regrets, de retour en arrière sur son existence, de mise au point, et surtout de très grande honnêteté vis-à-vis d’un public qui a bâti une légende. Que ce soit celle de Rocky ou celle de Stallone, elles sont inextricablement liées. Tout cela se ressent lors de l’écoute (après la première vision du film, et chose très rare, on regarde une seconde fois le film jusqu’au bout avec le commentaire !) de Stallone sur son film. Rocky, c’est son bébé, sa vie, il lui devait une sortie plus digne et meilleure que celle du cinquième (qu’il n’aime guère et qui est pourtant loin d’être nul, à l’inverse du quatrième qui se supporte très difficilement aujourd’hui !). Il faut l’écouter s’arrêter sur tel ou tel détail, laissé l’homme expliquer ce qu’il voulait saisir dans tel cadrage, etc... Ainsi, celui qu’on tenait pour fini est remonté sur le devant de la scène, pour saluer avec panache une dernière fois son public de Rocky, pour régler ses comptes avec ceux qui ne voient en lui qu’un « Rambo 2 (ou 3) » reaganien (voir la bande-annonce de « John Rambo » : un vrai film d’horreur !). Stallone prouve ici qu’il est un véritable artiste, un auteur, et pas seulement celui qu’on cantonna il y a une quinzaine d’années dans des rôles basiques. Il y a une carrière derrière lui, avec quelques sacrés navets (« Arrête ou ma mère va tirer » et « L’embrouille est dans le sac », ses deux pires films, avec « Spy kids 3 », c’est vrai !) mais avec aussi de grands films. Avec « Rocky Balboa », Stallone regagne absolument tout son talent. Et donc, tout ce qui est sur ce Blu-ray se retrouve aussi sur DVD, mais en qualité d’image, c’est le Blu-ray qui l’emporte haut la main : image magnifique (les scènes nocturnes où Rocky va dans le parc sont de toute beauté, d’une netteté parfaite), détails au top. Autrement, les bonus sont donc dominés par cet excellent commentaire audio (j’ai oublié : c’est parfois émouvant, vraiment), mais il faut voir quand même cette autre fin plus « banale » que celle du film, des scènes coupées qui auraient pu être intégrées au film (qui n’est pas long, pourquoi avoir coupé ?) et le tournage de la scène finale. Bon, dans l’ensemble, tout est intéressant voire passionnant, à part le bêtisier sans intérêt (ça devient une habitude, ça : autant ne rien mettre, ça n’est même plus drôle !). Et en attendant des éditions aussi nickel techniquement pour les autres épisodes de la saga (ça viendra bien un jour), on peut revoir ce touchant dernier opus d’une saga très personnelle au cœur de Sylvester Stallone, un grand monsieur du 7ème Art, ouaip !

Note film : 10/10 (copie magnifique, image 1080p Haute Définition 16x9 1.85 : 1)
DVD : 8/10 - Bonus : commentaire audio de Sylvester Stallone - scènes coupées - making-of - fin alternative - bêtisier - documentaire sur le combat final.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire