SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Darwinia



"Darwinia"
de
Denoël (22 février 2000)

Editeur :
Robert Charles Wilson
 

"Darwinia"
de Denoël (22 février 2000)



6,5/10

Bien des éléments de ce roman méritent une lecture attentive. Une idée de départ originale, un style maîtrisé, des dialogues correctement menés, une réelle inventivité dans l’imaginaire ainsi qu’une grande qualité descriptive dans la découverte d’une faune et d’une flore inconnue qui n’est pas sans rappeler les réussites du genre comme celles de Jack Vance.

Il y a aussi quelques lourdeurs qui affaiblissent la qualité générale du propos. Wilson avait-il besoin de tout justifier à l’aide d’explications parfois confuses tenant aux retombées d’un conflit galactico-universel ? Non, sans doute pas mais après tout, s’il fallait absolument trouver des raisons à la disparition d’une partie du monde et à l’apparition miraculeuse d’un continent totalement neuf et étrange, ces justifications en valaient sans doute bien d’autres. Il eut peut-être été préférable de simplement en suggérer les grandes lignes plutôt que de vouloir à tout prix en légitimer scientifiquement tous les points. On ne peut s’empêcher ici de renvoyer Wilson à la lecture de certains livres (La forêt de cristal en particulier) de Ballard et à cet art de ne rien expliquer.

Néanmoins, le récit se tient et même si l’on zappe sur quelques pages, le plaisir de la lecture est là. On cherchera donc en compagnie du héros américain typiquement lonesome cowboy, Guilford Law, à savoir pourquoi en 1912, une partie de l’Europe et de l’Angleterre, autochtones compris, ont été subitement remplacés par un continent à la faune et à la flore non terrestre. Entre théories scientifiques et options purement divines, la mission exploratrice des chercheurs de vérité de ce nouveau monde, appuyée par le réalisme des descriptions de l’auteur, titillera avec plaisir notre sens de l’imaginaire.

Les références à Verne, Wells ou Burroughs et à la littérature d’anticipation d’avant Seconde Guerre Mondiale dont Wilson parsème plus ou moins franchement son récit, tendant à prouver que s’il n’est pas encore un grand écrivain - un bon assurément ! - il est déjà un lecteur aux goûts assez clairs et bienvenus. Des pistes qui permettront sans doute de combler rapidement et totalement les espoirs éclos grâce à cet intéressant Darwinia.

Stéphane Pons

Darwinia (Darwinia) - Robert Charles Wilson - Traduction : Michelle Charrier - Folio n°151 (Folio SF) - octobre 2003 - 444 pages - Catégorie F11 - euros






Retour au sommaire