SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Hard Candy
"Hard Candy "
de David Slade
 

Avec Patrick Wilson, Ellen Page, Sandra Oh.
Metropolitan Vidéo

Attention, film difficile. Certains diront scabreux, complaisant, glauque, voyeur, j’en passe et des meilleures. Alors qu’en fait, « Hard candy » est un film intelligent sur un sujet tant casse-gueule que tabou. D’où sa force et sa réussite.
Jeff, la trentaine, est photographe. Il va souvent sur Internet pour chercher ses modèles, et ce jour-là, il a rendez-vous avec Harley, 14 ans. Jeff lui a simplement demandé de poser pour des photos dites d’art. Harley accepte et suggère d’aller au domicile de Jeff. Après quelques verres, Jeff s’effondre et quand il se réveille, il est ligoté. Harley l’accuse d’être un pédophile, et lui demande où se trouve une fille. Jeff l’ignore. Harley décide alors d’utiliser tous les moyens pour le faire parler, et avouer. Le petit chaperon rouge devient le grand méchant loup...
Là où on aurait pu tomber sur un film racoleur titillant la libido de certains malades, David Slade et son scénariste transforme l’essai en un suspense en huis-clos des plus inquiétants, limite malsain. Mais malsain dans le sens où progressivement, la culpabilité de Jeff commence à prendre forme dans notre esprit avant d’être remise en cause par une gamine qui est en pleine possession de troubles psychotiques bien avancés. Et tout le film est ainsi construit, avant la chute finale, qui au lieu de nous délivrer de la tension subie depuis plus d’une heure, nous assène un ultime coup qui fait froid dans le dos : certes le Mal est puni mais de quel droit, et n’a-t-on pas assisté à la naissance d’un serial-killer ? Lequel agirait ainsi suite à un épouvantable traumatisme dans son enfance (c’est là-encore une raison qui rassure, parce que si c’est devenu ainsi comme ça, c’est largement pire...). Et on ne peut alors oublier « Hard candy », film d’épouvante pour adultes, version cauchemardesque d’un conte célèbre, qui frôle la perfection si il n’y avait pas ces quelques minutes en trop qui alourdissent le propos et l’impact du film. Maintenant, malgré un succès ne salles des plus limités, l’édition DVD proposée ici est des plus riches. Entre la genèse du projet où on voit comment les créateurs ont vraiment voulu soigner l’ensemble du film sans se laisser aller à jouer la carte du voyeurisme pervers, c’est-à-dire débarrasser le film de tout ressort psychologique enrichissant l’histoire, et qui dure près d’une heure, on a droit à un retour sur la polémique que suscite l’œuvre chez certains. Polémique un peu exagérée : certains films passent sans problème alors qu’ils sont bien plus dangereux que celui-ci, qui ne fait que nous mettre face d’une réalité parfois très bien cachée ou qu’on ne veut pas voir. Et « Hard candy » d’être alors un film bien plus intéressant qu’il n’y paraît de prime abord. Vérifiez-le, vous verrez.

Note film : 8/10 (copie excellente, format respecté 2.35, transfert 16/9ème compatible 4/3)
Bonus DVD : 10/10 : commentaire audio de David Slade & du scénariste (vostf) - documentaire sur le film, de l’origine à sa sortie en salles - retour sur la polémique - 6 scènes coupées - bande-annonce du film (vostf & vf) - scénario & story-board à imprimer.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire