SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Poseidon - Edition HD DVD
"Poseidon - Edition HD DVD "
de Wolfgang Petersen
 

Avec Kurt Russell, Josh Lucas, Richard Dreyfuss.
Warner Home Vidéo

« Poséidon » en DVD a déjà été chroniqué dans la rubrique concernée. Que rajouter de plus à cette sortie HD-DVD alors ? Oh, pas mal de choses. Commençons par le commencement : en DVD, l’image était superbe, ici elle est carrément parfaite. Et cela se qualifie ainsi surtout au travers de séquences telle que le prologue avec le long plan séquence décrivant le vaisseau sur lequel on suit Josh Lucas en train de faire son footing, dans les séquences liées au naufrage (richesse des détails ahurissante), bref des points qui rehaussent en plus les qualités d’un film trop vite jeté aux oubliettes par beaucoup, le traitant des pires noms alors que « Poseidon » constitue définitivement un film-catastrophe qui ne fait pas honte à son illustre modèle, et certainement un des plus réussis de ces dernières années.
Mais l’autre énorme point fort de cette édition HD-DVD, c’est d’avoir repris les bonus de son homologue US qui lui-même les avait repris de son édition Collector DVD. A savoir quelques documentaires certes pas trop longs mais enrichissants dans le genre « strict minimum » (là, c’est pour le making-of promotionnel), intéressant avec le carnet d’une étudiante en cinéma qui bosse pour la première fois sur un gros tournage (bon, elle ne dit rien de négatif, normal, mais c’est pas mal quand même), voir carrément passionnants quand on découvre le documentaire sur les vagues géantes. Issu de la History Channel, on y apprend que ces « rogue waves » (en français, « vagues scélérates », pas jojo, hein...) qu’on pensait n’arriver que tous les 10.000 ans surviennent fréquemment et son réellement plus qu’impressionnantes. Elles seraient l’explication de disparitions mystérieuses de grands navires, dont beaucoup dans la région des Bermudes, ceci expliquant cela, à savoir des théories surnaturelles toutes plus farfelues les unes que les autres. En plus aujourd’hui, on peut les mesurer, on a des témoignages (le scientifique qui a vu son bateau retourné par un « mur d’eau de 3O mètres », il n’y croyait pas avant, il a changé d’avis : une mer presque d’huile et là, soudain, paf ! La vague géante, et quand il en parle, on a l’impression de revoir la fin de « En pleine tempête » !), on apprend des trucs incroyables (des paquebots « agressés » par ces vagues, une plateforme pétrolière engloutie il y a une dizaine d’années, plus de 80 morts quand même, etc...) et le documentaire de nous présenter ces phénomènes naturels comme des monstres réels, un peu comme si on parlait des calamars géants et qu’enfin, on découvre en vrai, voir pire, des requins préhistoriques énormes, des poulpes colossaux, etc... L’impact du documentaire est indéniable, et du coup, crédibilise beaucoup ce que le film montre. Et si on n’y croit toujours pas, le documentaire commence avec la vidéo du tsunami géant d’il y a deux ans. Donc, déjà, question bonus, on prolonge le plaisir de (re)découvrir cet excellent film-catastrophe. Mais ce n’est pas tout, le pompon (qui justifie le 10/10) étant le making-of interactif, propre aux éditions DVD en haute définition, que ce soit HD-DVD (comme dans « Batman begins », « Troie ») ou BluRay (« La ligue des gentlemen extraordinaires ») : vous regardez le film et si l’envie vous prend, vous pouvez intégrer un petit module lié « aux coulisses » et ce sans couper la narration du film. C’est Josh Lucas (qui n’est pas du tout le réalisateur du film comme l’indique la jaquette mais l’acteur principal, assez bon dans son rôle de héros égoïste au début) qui joue le principal accompagnateur dans ce voyage interactif étonnant, comme chaque fois. Certes, c’est ludique, mais c’est aussi passionnant et du coup, on en devient un peu accro. Un conseil : voyez le film normalement la première fois, puis revoyez-le avec cette fonction dite IME (In Movie Experience) : vous redécouvrirez le film, parfois (et là, on a l’explication du plan du début, qui a bouffé un bon pourcentage du budget, c’est certain !). C’est un gadget qui doit coûter cher, qui ne mérite sa présence que pour certains films (aucun intérêt dans un truc style « La rumeur court » ou « Prête-moi ta main »), mais qui, bien utilisé donc, donne au support HD-DVD (dans le cas présent) un autre de ses atouts maîtres quant à son existence. Voilà, maintenant, tout est dit, sans avoir fait de rabâchage par rapport à l’édition DVD. Mais sachez que techniquement, c’est l’édition ultime pour le film. Et il le mérite bien, en plus, je persiste et signe !

Note film : 8/10 (copie excellente, format d’origine 2.41 respecté, image 16/9ème haute définition)
Bonus DVD : 10/10 : making-of interactif - carnet de tournage : le film vu par une étudiante en cinéma - les décors - making-of promotionnel - documentaire sur les vagues géantes - bande-annonce.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire