SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Anatomie 2
"Anatomie 2"
de Stefan Ruzowitzky

—>

Anatomie 2  


Anatomie 2



Réalisateur : Stefan Ruzowitzky


Avec :
Barnaby Metschurat, Heike Makatasch, Franka Potente


Une suite, qui n’en est pas une, d’un excellent shocker germanique, à la surprise générale. Anatomie relatait la découverte d’une jeune étudiante en médecine dans l’hôpital qui l’emploie et qui abrite en fin de compte une société secrète de médecins n’hésitant pas à utiliser l’être humain pour des expériences interdites, en se référant au plus extrêmes des serments d’Hippocrate. Distillant avec talent une horreur aussi glaciale que les couloirs de la morgue dans lesquels se passent une bonne partie du film, Anatomie était en quelque sorte une variation réussie, plus horrifique et terrifiante de l’excellent Coma de Michael Crichton (oui, l’écrivain : dans son passé, il a fait quelques bons films comme celui-ci ou encore le trépidant La grande attaque du train d’or ou le cultissime Mondwest). En Allemagne, le film battit carrément des records d’entrées, et fort logiquement, une suite fut mise en chantier. On demanda au scénariste-réalisateur de remettre le couvert, ce qu’il fit pour l’écriture tout en précisant qu’il ne le filmerait pas. Mais au fur et à mesure de son intrigue, il revit sa décision et reprit les rênes du film. Contre un bon chèque aussi, mais ça, c’est une opinion personnelle. Alors, autant Anatomie nous fit voir le cinéma teuton sous un attrait plus attrayant que la moindre seconde d’un Derrick ne pourra jamais l’espérer, autant Anatomie 2... Ressemble parfois à du Derrick !


Jo vient d’être accepté dans un prestigieux hôpital berlinois pour y faire son internat. Ayant un frère paralysé, Jo ambitionne de travailler sur les projets liés aux muscles afin de trouver un remède. Ses théories attirent l’attention du Professeur Müller-Larousse qui, à la tête d’un groupe de jeunes médecins, pratique des expériences en parallèle de la légalité sur la force des tissus musculaires. Jo est très vite impressionné par l’imminent praticien, avant qu’il ne découvre que ses travaux vont trop loin, au point d’éliminer purement et simplement tout témoin gênant, ou tout cobaye ne supportant pas les effets secondaires des traitements spéciaux de ce programme de " surhommes ".


Nietzche prônait la théorie du surhomme, et Anatomie 2, en marchant sur ces théories et en semant de temps en temps des réflexions sur les multinationales pharmaceutiques possédant le monde entre leurs mains, rappelle un peu ces idées inquiétantes (quand on sait qui en fut le plus fervent partisan...) qui peuvent naître dans des esprits très malades de personnes ayant par contre beaucoup de puissance. Le postulat était séduisant, le film s’ouvre sur une excellente séquence proche d’un cauchemar (un homme se lacère et s’éventre en plein cœur du discours de Müller-Larousse), on retrouve cette filiation à une société secrète de médecins savants fous, mais au lieu de plonger en plein cauchemar réaliste, Anantomie 2 se transforme en enquête policière banale dont on devine très rapidement les enjeux, les traîtres, les coupables


Inutile de préciser que la terreur froide du premier Anatomie n’est pas du tout au rendez-vous, et qu’à part les prouesses physiques de ces cobayes devenus super-humains (et dont certaines séquences ont été coupées, ça devenait trop ridicule, mais elles sont dans les bonus), Anatomie 2 ne possèdera jamais la force de son prédécesseur. Maintenant, Stefan Ruzowitzky devrait vraiment s’atteler à un autre vrai projet plutôt qu’à une séquelle aussi décevante. Bien entendu, le DVD n’est pas en reste question bonus : certaines scènes coupées valent vraiment le détour (voir plus haut), le making of tente de nous faire croire que cela surpasse le précédent opus en tout (après avoir vu le film, dur d’y croire). Mais malgré toute la bonne volonté de chacun, Anatomie 2 n’en sort pas grandi.


Film : 3/10 DVD : 5/10



Bonus (vostf) : commentaire audio de S. Ruzowitzky et de Barnaby Metschurat ; scènes coupées avec ou sans commentaire ; making-of ; répétitions ; bande-annonce.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire