SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Ennemi d’Etat (Enemy of the State) - Edition Blu-Ray
"Ennemi d’Etat (Enemy of the State) - Edition Blu-Ray"
de Tony Scott
 

Avec Will Smith, Gene Hackman, Jack Black, Jon Voight.
Buena Vista Home Entertainment

Tony Scott. Voir n’importe lequel de ses films est toujours... Agréable, si ce terme peut aussi s’appliquer au plaisir pervers d’aimer certaines de ses œuvres (comme « Domino » par exemple...). Le frère de Ridley n’a jamais signé de ratage ou de mauvais film (alors que Ridley, ben moi personnellement, il y en a un que je n’aime pas du tout, c’est « Christophe Colomb », mais ça vient peut-être de Depardieu aussi...), il a commencé par le Fantastique avec le toujours superbe et envoûtant « Les prédateurs » (à la surprise générale, le film n’a pas vieilli, si, si !), il est rentré dans le box-office avec les méga-succès que furent « Le flic de Beverly Hills 2 » (bien supérieur au premier, techniquement et esthétiquement) & bien entendu « Top gun » (non, ce n’est pas nul, c’est bête à manger du foin mais ce n’est pas nul, en tant que film). Puis suivirent « Revenge » (polar noir avec Kevin Costner, superbe, à redécouvrir, bientôt en HD-DVD, version director’s cut, le film étant reconnu pour avoir été pas mal charcuté), « Jours de tonnerre » (ah, là, son film le plus faible, à la gloire de Tom Cruise qui co-écrivit le scénario), « Le dernier samaritain » (excellent, avec Bruce Willis, polar noir & d’action), « Le fan » (pas mal, De Niro qui sur-joue dans un rôle de fan psychotique harcelant Wesley Snipes, joueur de base-ball), « True romance » (quand Scott réalise du Tarantino, c’est bien meilleur que du Oliver Stone réalisant du Tarantino...), « USS Alabama » (suspense sous-marin, première rencontre avec Denzel Washington & Gene Hackman), qui amorce le retour au succès, puisqu’après, on trouvera « Spy game » (excellent film d’espionnage avec Redford et Pitt) qui définit un nouveau style Scott : moins porté sur les filtres, plus enclin à jouer avec plusieurs caméras, le superbe « Man on fire » avec Denzel en tueur vengeur, « Domino » qui pousse un peu trop loin le coté réalisation destroy de Scott, et dernièrement (et prochainement en DVD et Blu-Ray les enfants, on va enfin pouvoir parler de Blu-ray d’actualité bientôt !), l’excellent « Déjà vu », polar flirtant avec le Fantastique par le biais du voyage dans le temps. Bon, et il y a « Ennemi d’état », en fait le film qui juste avant « Spy game » mais de façon moins frappante, amorça le nouveau style Tony Scott. Là où on s’attendait à voir un polar d’action à la gloire de Will Smith, on découvrit un vrai bon film d’action, maitrisé de bout en bout par un cinéaste qui s’appropria le sujet pour y appliquer sa mise en scène, au point de presque faire oublier les stars de son film ! L’histoire, on la connait, un jeune avocat se voit remettre une cassette prouvant l’assassinat d’un juge par un dirigeant des services secrets. Il ne peut compter que sur l’aide d’une personne : un ancien de la CIA, un as de l’électronique.
OK, ça bouge dans tous les sens, la course poursuite est haletante, la vie de Smith se transforme en cauchemar, et surtout, on apprend qu’on peut être surveillé 24 heures sur 24 par n’importe quel génie de l’électronique employé par un gouvernement assez puissant pour installer des satellites espions. Tout ceci est remarquablement mis en scène par un Tony Scott en super grande forme, inspiré, novateur et performant. Maintenant, reparler de ce film aujourd’hui, c’est à cause de sa sortie en Blu-Ray. Le bonheur est total, cette édition est superbe (si, si, il y en a aussi des décevantes comme « Pearl Harbour » par exemple, hein, qu’on regrette d’avoir acheté...) et le support Blu-Ray revalorise toutes les qualités esthétiques du film. C’est simple, on piaffe d’impatience à la perspective de découvrir « Déjà vu » via le Blu-Ray, d’autant plus qu’il est bien plus récent. Malgré son (petit) âge, « Ennemi d’état » constitue donc une acquisition indispensable dans ce format pour tout fan de Scott qui veut profiter au maximum des effets du cinéaste : la dominante gris-bleu du film (c’est un thriller high-tech très urbain, d’où cette dominance voulue...) est ici resplendissante, le rythme effréné des séquences trouve un second souffle avec des images ne perdant aucune netteté, bref, « Ennemi d’état » est un des bons titres à posséder en Blu-Ray. Par contre, l’interactivité est assez pauvre, alors qu’on aurait pu espérer, comme d’autres éditeurs le font, inclure à cette nouvelle édition des nouveautés plus fraiches en bonus. Mais patience, ça viendra peu à peu. Pourvu que « Déjà vu » soit bien servi !

Note film : 8/10 (copie magnifique, format d’origine 2.35 :1, image 16/9ème )
Bonus DVD : 2/10 : making of sur la dernière partie du film - zscénes coupées (intérêt très, très limité) - documentaire sur le tournage.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire