SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Maniac Cop 1 & 2
"Maniac Cop 1 & 2"
de William Lustig
Manica Cop  


Maniac Cop 1 & 2


Réalisateur : William Lustig


Avec :
Bruce Campbell, Robert Z’Dar, Tom Atkins, Robert Davi, Laurene Landon


On replonge dans la pure série B avec l’édition dans un coffret des 2 premiers Maniac Cop, qui constituent par ailleurs les deux derniers bons films du sympathique William Lustig dont le titre de gloire reste encore à ce jour le traumatisant Maniac. Il y eut par la suite le très violent et facho Vigilante, quelques polars de troisième zone comme le premier Relentless, série de films mettant en scène un profiler (Leo Rossi, sosie de De Niro, physi-quement seulement) et dont le second volet mérite d’être conservé, puis la série de Maniac Cop qui se termina avec un troisième opus si exécrable que même Lustig, dans une interview présente dans les bonus, renie sans aucun remord. Il commit enfin un Z abominable, Uncle Sam, avant de raccrocher sa caméra pour se consacrer à l’édition DVD de titres rares par le biais de sa boite, Blue Underground, tel que, dernièrement, l’excellent Réin-carnations (Dead and Buried en v.o.).


New-York est (une fois de plus) le théâtre de meurtres sauvages perpétrés sur des dealers, des violeurs, mais aussi de simples citoyens tout ce qu’il y a de plus respectable. Accusé malgré lui du meurtre de sa femme, Jack Forrest découvre qu’en fait, ces crimes seraient l’œuvre d’un ex-flic condamné pour ses méthodes ultra-violentes, et qui aurait été poignardé à mort en prison, Matt Cordell. Ce dernier serait encore vivant, et sèmerait la terreur par simple plaisir tout en voulant se venger de celles et ceux qui l’ont condamné. Forrest découvre sa planque, et rencontre le Maniac Cop, flic devenu psychopathe, défiguré par des coups de rasoir. Il arrive cepen-dant à l’envoyer au fond de l’Hudson, mais Cordell n’est pas mort. Et il compte bien faire pire pour son retour à New-York, en s’associant entre autres avec un serial-killer (Leo Rossi, voir plus haut...).


Les deux films sont résumés. Bien moins cauchemardesque et terrifiant que Maniac, Maniac Cop se voudrait plus un polar urbain au ton réaliste qui plonge soudain dans l’horreur. Lustig n’a rien perdu de son efficacité à utiliser New-York comme personnage à son intrigue, aidé en plus par le prolifique scénariste Larry Cohen, mais on ne peut qu’admettre qu’il manque quand même d’un peu de pêche pour nous faire réagir. Du moins dans l’opus 1, parce que le second volet, lui, décuple sa puissance. Un peu comme si Terminator était passé par là (d’ailleurs, la scène de l’attaque du commissariat le rappelle furieusement !), et avait transformé Cordell en ma-chine de destruction, au faciès de cauchemar, un sourire de requin et des balafres à la Frankenstein !


Bien qu’encore moins traumatisant que le précédent épisode, Maniac Cop 2 est cependant bien plus réussi, sombrant dans une action soutenue doublée d’un humour décalé de par sa trame et son personnage de tueur fou, le tout mis en scène par un Lustig inspiré. Ce sera la dernière fois aussi. Maintenant, la fausse note du tableau : les films sont en 4/3. D’accord, il y a de la vostf, mais qu’est-ce que cela coûtait de faire un 16/9ème ? Surtout qu’en plus, sur chaque disque, les bonus sont assez intéressants : une longue (30 mn à peu près) interview de Lustig pour le premier, et du scénariste Larry Cohen sur le second, qui en révèlent beaucoup (malgré des questions un tantinet répétitives) sur l’art et la manière de faire et réussir une bonne série B. Ce que demeurent Maniac Cop 1 & 2. Et si les formats avaient été respectés et compatibles 16/9ème, on peut parier qu’on nous envierait cette édition !


Film : 6/10 DVD : 6/10



Bonus (vostf) : entretien avec W. Lustig (disque 1) et Larry Cohen (disque 2) ; bandes-annonces ; biogra-phies de certaines des actrices et acteurs.

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire