SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Daredevil
"Daredevil"
de Mark Steven Johnson
Daredevil

Daredevil

Daredevil

Daredevil

Daredevil

 


Daredevil


Réalisateur : Mark Steven Johnson


Avec :
Ben Affleck, Jennifer Garner, Colin Farrell, Michael Clarke Duncan


On ne le dira jamais assez, mais outre ses nombreuses qualités évidentes, force est de reconnaître que le support DVD peut permettre aussi de revoir certains films sous un autre œil de par la profusion et une certaine richesse des bonus proposés à côté. D’accord, parfois, ça ne sert à rien. Prenez Men In Black 2, rien n’y fait, le film de-meure lamentable. Aujourd’hui, il y a le cas Daredevil. Et là, ben c’est pas pareil. Déjà, le film n’est pas complè-tement aussi raté et nul que beaucoup l’ont avancé. Par rapport à Hulk, Daredevil contient des éléments qui res-tent de bons points. Et cette édition DVD, qui regorge de bonus, est là pour les mettre en avant, voir même per-mettre d’en découvrir d’autres. Cela ne transforme pas la déception en chef-d’œuvre, loin de là, mais il y a quand même pas mal de " bon " dans Daredevil.


Fils d’un boxeur assassiné pour avoir refusé de " se coucher " lors d’un match, devenu aveugle suite à la projec-tion dans ses yeux d’un produit hautement toxique, Matt Murdock est devenu à force d’acharnement un avocat le jour, et un justicier masqué la nuit utilisant d’étonnants pouvoirs qui se traduisent par un sixième sens proche du radar qui lui permet de se mouvoir encore mieux qu’un humain " normal ". Mais cette double activité lui donne aussi une double personnalité des plus schizophréniques, au point d’annihiler en lui quand il devient Daredevil, tout code moral. Un jour, une rencontre fortuite dans un café le met en face d’Elektra, superbe jeune femme dont le père est lié aux activités criminelles du Caid, le responsable de la mort du père de Matt. En voulant faire jus-tice, Murdock-Daredevil va emmener Elektra sur la voie de la vengeance et de la violence, décuplant en lui tou-tes les ambiguïtés sur le bien fondé de ses actes


Depuis quelques années, aidés par des effets spéciaux de plus en plus performants, les super-héros de la Marvel voient leurs aventures prendre vie sur grand écran. Et au départ, les réussites étaient là : Blade (avec un second volet bien meilleur), X-Men, et le monumental succès de Spiderman ont relancé les adaptations. Sauf que dans les dernières, la déception l’emporte. Daredevil ouvrit le bal, très vite remplacé par Hulk (et son format 1.85, et son scénario plus que poussif, et sa bonne conscience puisqu’il n’y a jamais de morts, etc...).


Les principales critiques touchant surtout un manque flagrant d’originalité et de personnalité du réalisateur dans son film : tout plan est emprunté à un classique (The Crow, Spiderman), une réalisation assez terne dans l’ensemble alors qu’au vu du personnage, un film plus sombre, plus violent, dépourvu de toute " facilité ", bien plus réaliste que là (voir Elektra faire des bonds gigantesques alors qu’elle ne possède aucun super-pouvoir, par exemple), le personnage du Tireur se limite à un bouffon que joue Colin Farrel de façon si outrancière que ça en devient pathétique, Le Caïd n’a aucune " épaisseur " ( !) bref à première vue, prendre Mark Steven Johnson pour Daredevil fut une erreur. A côté de ces fautes graves, il y a tous ces éléments qui empêchent le naufrage total : les passages où Daredevil rentre dans son antre pour laisser la place à Murdock et où on découvre toutes ses blessures de la nuit, un Ben Affleck plutôt bon dans le rôle, quelques belles scènes comme celle sous la pluie où il " voit " Elektra, tout cela constitue ces quelques éléments qui empêchent le naufrage total. Maintenant, cela vaut-il le coup d’avoir le DVD ? Oh là, oui


Déjà, on va vous submerger de tournages sur le tournage, on y découvrira tous les secrets de fabrication liés au personnage, et surtout on y verra souvent Mark Steven Johnson. Et là, on découvre le fan ultime de la BD, le mec qui adore Daredevil, qui peut en parler des heures (faut dire aussi que le personnage est très riche, incarnant parfaitement la dualité du Bien et du Mal dans un seul être, dualité que doivent d’ailleurs se livrer tous les super-héros de ce monde), qui a livrer plus d’une bataille contre les producteurs, mais, et c’est là sa seule véritable faiblesse et aussi malheureusement la plus grave, il n’était pas fait pour diriger le film, ni pour finaliser le scénario.


. On imagine, on en rêve même, d’un Daredevil réalisé par un habitué du polar noir, comme Joe Carnahan par exemple, le gars qui tourne en ce moment Mission Impossible 3 et qui juste avant avait fait Narc avec Ray Liotta. Lui aux commandes de Daredevil, on obtenait le film qu’on voulait voir, c’est certain. Mais cela ne constitue pas tous les bonus, il reste encore tout ce qui est lié au comic, et là, on jubile : interviews des plus grands noms du crayon ayant bossé sur Daredevil, historique du personnage, etc... Un grand moment qui fait pencher la balance pour l’achat de ce DVD (tiens, au passage, remarquez sur la jaquette par rapport à l’affiche cinéma originale, Elektra aux côtés de DD : tout est bon pour rattraper l’échec en salles...). Pour terminer, il reste le commentaire audio de Johnson, qui laisse transparaître parfois quelques déceptions, mais surtout sa fascination pour Daredevil. Mais à aucun moment, il n’émettra de regrets. Au royaume des aveugles...


Film : 4/10 DVD : 9/10



Bonus (vostf) : commentaire audio de Mark Steven Johnson & Gary Foster.
Sur disque 2 : bandes-annonce ; test de Jennifer Garner ; 3 making-of : HBO First Look, Beyond Hell’Kitchen et Le tournage de Daredevil ; Daredevil la BD ; vidéo-clips ; filmographies ; photos de tour-nage

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire