SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  www.la-mort.fr : Les Aventures de la Mort et de Lao-Tseu

"www.la-mort.fr : Les Aventures de la Mort et de Lao-Tseu " de François Boucq

Le Grand Prix de l’Humour Noir a été décerné à François Boucq pour son album www.la-mort.fr, paru en octobre 2006. C’est un Prix décerné chaque Mardi Gras, puis 1954.

François Boucq, qui œuvre dans la BD depuis le début des années 80, s’est fait reconnaître, après un début professionnel classique, comme un des maîtres de l’humour décalé. Jérôme Moucherot ou Rock Mastard sont de superbes anti héros qui vivent des aventures les plus invraisemblables, qui traversent des situations les plus rocambolesques, déclanchant des cascades d’épisodes humoristiques.
François Boucq puise dans nos travers pour les mettre en lumière. Il brocarde notre société, s’inspire de notre mode de vie pour en disséquer le quotidien et montrer le ridicule de nombre de nos attitudes.

Le présent album met en scène, dans onze situations, la Mort accompagnée souvent par Lao-Tseu. Il transpose dans cette société « éternelle », les conflits de voisinage, de générations. Il met la Mort en difficulté face à un mourant récalcitrant, la fait parler des difficultés de son métier, etc. Ces nouvelles sont complétées, de ci, de là, par quelques croquis réjouissants comme la Mort qui coupe le ruban inaugural d’un cimetière ou philosophant sur des êtres humains qui sont pires que des gens...

Avec la Mort, l’auteur lève un nouveau tabou en parlant librement de celle-ci et en lui donnant le rôle principal de ses histoires. Mais foin de la silhouette sinistre à la cape et à la faux, il la transforme en un joyeux squelette et lui octroie l’existence du quidam lamda.
Bien sûr, elle habite au cimetière, mais elle fréquente les bars, essaye de régler la parabole qui coiffe son caveau, fait du sport pour entretenir sa forme. Car Boucq modernise à tout va les cimetières. Il fait entrer la télé dans les tombes, l’ADSL et Internet dans les cercueils. La Mort est suivie, dans ses tribulations, par Lao-Tseu. (Ce philosophe, contemporain de Confucius et de Bouddha, est considéré comme le père fondateur du taoïsme) François Boucq le représente en cochon qui exprime sa part de sensibilité féminine en portant des chaussures de femme au quatre pattes.
Et c’est désopilant. On sourit, on rit même franchement des facéties et des misères de son héroïne. Il faut avouer que l’auteur sait rendre la Mort presque « humaine » et qu’on se prend de sympathie pour ce personnage.
Bien sûr, le graphisme de Boucq fait merveille pour accompagner ces scénettes, ces tranches de « vie » traitées avec un humour au vitriol.

Le jury n’aurait pu faire meilleur choix. Une distinction méritée pour un créateur qui fait partie du peloton des meilleurs auteurs actuels, un maître dans son domaine.

Serge Perraud

www.la-mort.fr : Les Aventures de la Mort et de Lao-Tseu, scénarii, dessins et couleurs de François Boucq, Fluide Glacial, octobre 2006, 48 pages, 9,95 €



Retour au sommaire