SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Sentinel - Edition zone 2
"The Sentinel - Edition zone 2 "
de Clark Johnson
 

Avec Michael Douglas, Kiefer Sutherland, Kim Basinger, Eva Langoria.
20th Century Fox Home Entertainment Vidéo

Quelque part, un film très « old school » tout en se voulant dans l’air du temps. Associer à ces deux tendances, respectivement, on trouve Michael Douglas (qui commence à accuser sérieusement son âge, mais en même temps, ce film vaut largement mieux que ses pitoyables prestations dans des bouses telles que « Espion mais pas trop » ou encore « Toi, moi et... Duprée ») et Kiefer Sutherland, nouvelle star de l’action depuis qu’il incarne Jack Bauer, le super flic anti-terroriste de « 24 ». Et lui, franchement, quand on l’écoute dans les documentaires des bonus, très portés sur l’excellence des services secrets US, on se dit qu’il s’y croit un peu trop... Bon. A part ça, que vaut « The sentinel », film passé quasiment inaperçu lors de sa sortie en salles. Hé bien, quitte à laisser pantois bon nombres de « collègues », ce n’est pas si mal que ça.
Pete Garrison (Douglas) est un vieux de la vieille, le mètre-étalon du parfait agent secret responsable de la sécurité du président des USA, et qui plus est bénéficie d’une image de marque des plus respectées depuis qu’il a sauvé la vie d’un ancien président (au passage, les idées du scénariste sont très, très axées, hein, mais cela n’empêche pas le film d’avoir ses qualités) du pays. Mais dans le privé, Pete a une vie presque terne, il voue tout à son boulot, sauf que depuis peu, il couche avec la femme de l’actuel président (la pilule est dure à avaler mais pourquoi pas, si ça se trouve, en vrai, c’est bien pire alors ...). Et c’est dans cet étrange contexte que tout va dérailler. Un de ses partenaires est assassiné, et Pete se trouve incriminé. Pourchassé par ses propres services menés par un de ses élèves, le meilleur (Sutherland, bien sûr), Pete va devoir mettre à profit toute son expérience pour prouver son innocence et démasquer le complot qui se prépare à l’horizon.
C’est sûr, sous cet angle, àça ne donne pas vraiment envie, et le garde du corps amoureux de la « First Lady », on a vu ça dans un mauvais Bronson, « Protection rapprochée ». « The sentinel » est tout de même largement meilleur. Et ça, non pas grâce à ses acteurs (même si Douglas nous prouve qu’il peut encore jouer le cascadeur), ni à son scénariste des plus lourdauds, mais grâce à son réalisateur, Clark Johnson. C’est d’ailleurs lui qui joue le rôle du copain de Douglas qui se fait trucider dans ce film. Johnson, il a fait ses classes à la TV avec des succès tels que « Homicide » et surtout « The shield ». Il est passé au grand écran avec « SWAT », qui aurait pu être un très mauvais polar d’action si Johnson n’y insufflait un ton... Authentique et réaliste, à savoir qu’il aime bien se mettre à « l’intérieur » du polar, en s’intéressant à ce qui se passe dans un commissariat, un groupe d’élite, ou comment fonctionne les services secrets. Et c’est cette petite variante qui fait qu’à chaque fois, ce qui aurait pu être banal et insipide arrive à se rehausser pour finalement échapper à la trappe totale. En fait, on pourrait même dire qu’il y a presque un style Johnson. Et c’est ce qui se passe pour « The sentinel » qui mérite plus que l’oubli dans lequel beaucoup l’ont jeté. Par contre, niveau bonus, cela aurait pu être plus riche s’il n’y avait pas cette condescendance lourdingue envers la toute grande puissance US, le tout appuyé par un Kiefer Sutherland qui en perd beaucoup de sympathie. Plus informatif et neutre, les documentaires liés aux services secrets auraient enrichis le DVD. Ce qui n’est pas le cas ici, même si on sauvera tout ce qui a trait à l’entrainement des acteurs. Bref, c’est dommage, car les qualités du film ici démontrées sont u peu torpillées par des bonus qui n’enrichissent pas le DVD. Mais bon, encore une fois, malgré tout ça, la « Clark Johnson’s touch » fait que ce « Sentinel » vaut plus que ce qu’on en a dit.

Note film : 7/10 (copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3)
Bonus : 3/10 : scènes coupées - reportages sur les services secrets - reportage sur les gardes du corps présidentiels - commentaire audio du réalisateur et du scénariste -bande-annonce de la saison 5 de « 24 heures chrono ». St. THIELLEMENT



Retour au sommaire