SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  Le Prestige



"Le Prestige "
de
Christopher Priest

Editeur :
Denoël, coll. Lunes d’Encre
 

"Le Prestige "
de Christopher Priest



Christopher Priest a développé, depuis 1970, date de son premier roman, nombre de sujets et de réflexions sur la perception de la réalité. Ce thème, récurrent dans son œuvre, reprend l’idée que le monde n’est qu’une construction de l’esprit et revient souvent sur l’irréalité des choses. Passionné par la perception de la réalité, Christopher Priest ne pouvait trouver meilleur domaine que celui de la prestidigitation et de l’illusion, domaine où par nature : « Ce que l’on voit n’est pas ce qui se passe. ». En effet, un spectacle de magie est : « ...une illusion, une suspension temporaire de la réalité au profit du public. »

Andrew Wesley est journaliste au Chronicle, spécialisé, de fait, dans les reportages sur les phénomènes fantastiques. Il est en route, pour une nouvelle affaire d’ubiquité au sein d’une secte, vers un village perdu du Derbyshire. Enfant adopté à l’âge de 3 ans, il a depuis sa plus tendre enfance l’impression que quelqu’un partage son existence, la présence d’un jumeau qui le protège. Par l’intermédiaire de son père adoptif, il reçoit, d’une mystérieuse correspondante, un manuel sur la prestidigitation, découvrant qu’il a un arrière grand-père illusionniste du nom de Borden, son nom d’origine. Au village, il découvre que ce n’est pas la secte qui lui a demandé de venir, mais une femme du nom de Kate Angier. Elle voulait le voir parce que leurs deux familles ont une terrible histoire en commun. Leurs ancêtres, Alfred Borden et Rupert Angier se sont livré une longue guerre, à l’époque où tous deux étaient prestidigitateurs, « magiciens », une guerre qui les mena aux pires extrémités...

La construction de l’intrigue mêle plusieurs modes narratifs. Le livre commence avec le récit du personnage, puis c’est par un livre en cours d’écriture que l’on apprend la genèse de la guerre qui oppose deux illusionnistes majeurs. Priest retourne au récit classique pour revenir sur l’enfance d’Andrew, à travers les souvenirs de Kate. Il nous donne à découvrir le point de vue de l’autre antagoniste à travers la lecture de son journal intime, pour finir par une conclusion à laquelle rien ne nous a préparé.

Bien que ce livre détaille la vie professionnelle des deux « magiciens », n’attendez pas de révélations sur les tours et les numéros exécutés au cours du récit. Vous seriez déçu ! L’auteur se borne à « dévoiler » ce qui ressort du bon sens : il y a un « truc » ! Mais il faut saluer l’art du romancier pour nous parler des numéros, nous raconter leur déroulement sans jamais soulever le voile du mystère. Par contre, Christopher Priest dénonce clairement, sans ambiguïté, comme du charlatanisme tout ce qui de près ou de loin touche au spiritisme, assimilant les médiums, au pire, à des manipulateurs de la plus basse espèce, et au mieux, à des illusionnistes.
L’intérêt du Prestige est aussi dans la description du caractère des personnages, dans le cadre où ils évoluent et dans la façon de traiter de l’intrigue.

Il en résulte un livre excellent, passionnant, même si la dernière partie, qui explique bien des choses, semble plaquée, rajoutée pour « faire SF et Fantastique ».

Serge Perraud

Le Prestige, Christopher Priest, Denoël, coll. Lunes d’Encre, réimpression à l’occasion de la sortie du film en France en novembre 2006, 409 pages, 22 €






Retour au sommaire