SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Entre deux rives - Edition zone 2
"Entre deux rives - Edition zone 2"
de Alejandro Agresti
 


Avec Sandra Bullock, Keanu Reeves, Christopher Plummer .
Warner Home Vidéo

A la base un film coréen, « Siworae », que les puristes vous citent à tout bout de champ en vous disant qu’il est meilleur nque le remake. Sauf que le film coréen s’inspire d’un téléfilm US de Dan Curtis avec Jennifer Jason Leigh, antérieur de deux ans. Ah ben oui mais ça, on l’oublie, curieusement. Bref, on s’en fout de tout ça, voici une belle histoire, pour un film dont on pouvait craindre le pire. Les romances avec la Bullock, hein, ça fleure souvent le pas terrible. Si l’actrice nous avait séduit dans « Speed », ses choix suivants l’amenèrent vers une pente glissante. Voir Sandra Bullock jouer les débauchées (et quelle débauchée : saoûle, nymphomane se baladant avec un drap sur les fesses devant son amant, on y croit, c’est sûr !) dans « 28 jours de sursis », ou une flic névrosée dans « Calculs meurtriers » ou une flic mannequin dans l’exécrable « Miss détective », bref tout ça et d’autres sabordèrent pas mal les points positifs qu’on avait pour cette charmante personne. Même topo version masculine pour Keanu Reeves qui s’est retrouvé un second souffle avec la trilogie « Matrix ». Et les voici réunis de nouveau après « Speed » pour une romance... Qui fonctionne. Elle est le docteur Kate Forster, qui laisse à regret la belle maison sur le bord du lac qu’elle louait pour s’installer ailleurs. Il est Alex Wyler qui en prend possession, découvre une lettre de Kate, lui répond qu’il est surpris de certains points énoncés dans cette lettre. Et pour cause : ils s’écrivent à deux ans d’intervalle.
De ce curieux paradoxe temporel va naitre une belle histoire d’amour, subtilement contée par Alejandro Agresti, cinéaste argentin très connu chez lui qui signe ici son premier film américain. Il donne ainsi au travers d’une mise en scène raffinée et discrète tout ce qu’il faut pour croire à cette histoire, d’autant plus que les acteurs sont pour une fois au diapason, en parfaite osmose avec leurs rôles respectifs, le scénario et l’élégance avec lequel il est conté. Bien entendu, ce qui rend encore plus fort le sentiment qu’on éprouve, c’est cette brèche dans le temps qui empêche les deux amants de se réunir enfin, ayant compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Un fantasme qu’on aimerait bien rencontrer une fois de temps en temps dans sa vie... Bref, on se laisse séduire, on sourit, on est tout chose, ça fonctionne et se fout de savoir que l’original était mieux. Il y aura toujours des aigris, donc ça ne change rien. Ici, on redécouvre un plaisir simple, auquel ont crû les deux acteurs qu’on n’avait pas vu aussi bien jouer depuis longtemps. Une love-story craquante, pas vraiment mise en valeur en DVD, avec cinq misérables scènes coupées en bonus. Pour une fois, même un making-of promotionnel aurait été le bienvenu !

Note film : 8/10 (copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3)
Bonus DVD : 2/10 : 5 scènes coupées.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire