SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Watchmen, les Gardiens - L’Intégrale

"Watchmen, les Gardiens - L’Intégrale" de Dave Gibbons, Alan Moore

Les années 80 ont été une période charnière de l’évolution du monde des comics. Tout commença avec le « Dark Knight » de Frank Miller, en 1985. Alors que les super-héros menaient jusqu’alors leur petite vie irrépro-chable faite de batailles pour le bien quasi manichéennes et d’histoires de cœur à l’eau de rose, Miller faisait de Batman un être ultra-violent, engagé politiquement, psychopathe et hors-la-loi. Le choc fut grand pour les lec-teurs !


Et Miller avait ouvert une brèche dans le paradis constant du super-héroisme. C’est alors qu’un an plus tard, Alan Moore lui emboîtait le pas et faisait voler en éclats tous les repères de cet univers codifié avec son « Watchmen ».


Présentée comme une série de 12 épisodes hors de la sacro-sainte continuité de l’univers de l’éditeur DC Comics (écurie de Superman, Batman, Flash et Wonderwoman), « Watchmen » introduit son lecteur au sein d’un nouvel univers homogène dont il va découvrir tous les aspects au fil des pages.


Tout débute par le meurtre du Comédien. Il était avec le Dr Manhattan le dernier super-héros officiel autorisé par le gouvernement des Etats-Unis. Ancien membre de l’équipe des Minute Men, sa mort est un choc terrible pour ses anciens collègues. L’un d’eux, Rorschach, dont le masque est la représentation des fameuses taches du test psychiatrique, va dès lors mener l’enquête pour découvrir qui se cache derrière le « Tueur de Masques ». Mais ses investigations musclées vont le mener bien au delà de ce simple meurtre, mettant à jour un complot à l’échelle planétaire, l’impliquant lui et les autres anciens Minute Men...


Pour apprécier dans toute sa splendeur cette œuvre d’Alan Moore, il est bon de se replonger dans le contexte du milieu des années 80, à savoir la Guerre Froide. Le climat de paranoïa mondiale qui flottait alors se retrouve dans l’essence même de ce graphic novel. Moore met en scène ses personnages dans un univers réaliste, vio-lent et sans concessions.


Ici, les héros meurent et ne ressuscitent pas, la violence et le sexe sont tangibles, et la suprématie des surhommes fait plus peur qu’elle ne rassure... Enfin, Moore ne s’est une nouvelle fois pas contenté de narrer cette histoire de manière linéaire, mais au contraire à tenté à chaque chapitre une approche scénaristique originale, allant du récit en flashback jusqu’à la mise en abîme d’une BD dans la BD, et en passant par un épisode organisé de manière totalement symétrique...


Bref, aidé par les dessins impeccables de Dave Gibbons et les couleurs agressives de John Higgins, Moore innove et renverse les conventions du genre. Et c’est si rare en BD que l’on appelle cela tout simplement un chef-d’œuvre. « Watchmen » reçu d’ailleurs le prix de la meilleure BD étrangère au festival international de la bande-dessinée d’Angoulême, et fut également la 1ère bande-dessinée a se voir attribuer le prestigieux prix Hugo récompensant les meilleurs œuvres de SF. Enfin, il fut un temps où le génial Terry Gilliam s’est penché sur sa possible adaptation cinématographique, avant d’abandonner devant l’ampleur du coût des effets spéciaux du projet, irréalisables à l’image à l’époque.


On notera que la série fut éditée par Zenda en 1992 sous le nom « Les Gardiens », en 6 tomes regroupant cha-cun 2 épisodes. Elle est ressortie depuis sous son nom d’origine et en intégrale chez Delcourt.


Par Nicolas Sumien



Retour au sommaire