SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 12 000 articles
95
  Sommaire - Jeux de Role et Jeux Vidéo -  Final Fantasy VII : Dirge of Cerberus

"Final Fantasy VII : Dirge of Cerberus" de Square Enix


Paru le 17 novembre 2006
Support : Playstation 2 (memory card nécessaire)
Interdit aux moins de 16 ans
Note 8/10

Trois ans après l’histoire originale de Final Fantasy VII, une mystérieuse organisation renaît des ruines de Midgar. Vincent Valentine, mi-homme mi-vampire, soupçonne fortement celle-ci d’avoir été impliquée dans sa transformation. D’autant plus que les combattants qu’il affronte sont tout sauf humains.

On a le plaisir de retrouver les visages bien connus de nos héros dans l’opus le plus apprécié des célèbres FF. Surprise (ou pas car tous les fans étaient au courant !) le système de jeu unique des FF fait place a un mixe shoot game/jeu de rôle. Alors que les batailles se passent entièrement en temps réel et parfois en timing limité, les missions se lancent de la même façon que dans Final Fantasy X-2. Elles permettent donc l’ajout de quêtes annexes et par extension, on peut finir le jeu sans pour autant l’avoir parcouru à 100%. De longues heures de jeu en perspective (40 heures en moyenne sans faire les quêtes annexes).

On peut à la fois saluer et blâmer ce renouvellement des FF. Il y un évident manque de maîtrise dans le domaine du jeu d’action, mais cela se rattrape par l’ambiance et bien sûr la « patte » de Square Enix, les superbes cinématiques, un game-play au top et une musique si bien adaptée qu’on est entièrement intégré dans le monde qui nous est proposé. On y retrouve plein de choses connues, hormis les personnages : la monnaie (les gils), les objets, l’interface, la materia (magie associée)...

Si le scénario, centré sur le très secret Vincent Valentine, est excellent, on regrette par contre l’univers morne et sombre, fatigant à la longue, ainsi que la maniabilité pas très instinctive et plutôt rigide. Toutefois, le jeu en vaut la chandelle !

Emilie Debeaune



Retour au sommaire