SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Reeker - Editon zone 2
"Reeker - Editon zone 2"
de Dave Payne
 

Avec Michael Ironside, Tina Illman, Scott Whyte, Derek Richardson.
Bac Vidéo

La série B dans toute sa splendeur. Et un excellent petit shocker surnaturel, bourré d’idées, certaines bonnes voir excellentes, d’autres moins car déjà vues par ailleurs. Mais on va y revenir... En plus, on a beaucoup de chance, même les USA n’ont pas encore leur édition DVD du film.
Cinq étudiants traversent le désert pour se rendre à une gigantesque rave-party. Bientôt à sec, ils s’arrêtent dans une station-service étrange : tout semble avoir été déserté soudainement. Les pompes ne fonctionnant pas, ils sont obligés de passer la nuit dans le motel adjacent. Et c’est alors que d’étranges phénomènes surgissent : des visions de personnes atrocement mutilées, des odeurs nauséabondes précédant la vue d’un maniaque à priori responsable de toutes ces morts. La nuit va être longue pour le groupe, avant que l’aube ne révèle un cauchemar bien pire.

Pas mal la fin, hein ? L’art du suspense, que ça s’appelle. Plus sérieusement, « Reeker » ne ment pas sur la marchandise. Pour le bouffeur de pelloches de ce genre, le twist final ne sera guère surprenant, vu qu’on qu’il rappelle quelques autres histoires vues dans la dernière décennie. Autrement, on ne peut qu’apprécier d’être mené vers on ne sait où, avec quelques scènes gores du plus bel effet et justifiées, le tout conjugué à un véritable mystère avec ce terrifiant tueur-spectre qui apparait et disparait, accompagné d’une odeur nauséabonde (un gimmick rarement utilisé jusqu’ici, marrant !). Et comme le dit Payne dans le (court) making-of, il fallait que cela reste aussi un peu fun donc on trouve dans « Reeker » de l’humour plutôt fin, qui fait mouche (le gag du pompage de carburant du camping-car, par exemple), ou qui arrive juste avant une scène de flippe. Contrairement à ce qu’on peut penser, ce n’est pas le premier film de Dave Payne qui s’est fait la main sur pas mal de séries Z qui ne laissaient guère augurer d’un virage aussi abrupt en abordant le degré supérieur en passant à la série B avec succès. « Reeker » est donc une épatante série B comme on en découvre de temps en temps, bien foutue, surprenante, bourrée de trouvailles, qui ne néglige pas un domaine au profit d’un autre, à savoir que scénario, mise en scène et effets spéciaux sont en parfaite osmose pour donner au final ce « Reeker » dont seule la fin baisse un peu le niveau de l’ensemble. Mais comme Dave Payne et sa compagne Tina Illman sont bien plus sincères que prétentieux, on leur pardonnera cette ultime pirouette pour ne retenir que l’ensemble des qualités qui font de « Reeker » un des meilleurs films fantastiques de la cuvée 2006.

Note film : 8/10 (copie excellente, format d’origine 2.35, image 16/9ème compatible 4/3)
Bonus DVD : 3/10 : making-of (10 mn) - bande-annonce de « Reeker ».
& autres films BAC

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire