SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Horribilis (Slithers) - Edition Zone 2
"Horribilis (Slithers) - Edition Zone 2"
de James Gunn
 

Avec Michael Rooker, Nathan Fillion, Craig Henry
Universal Vidéo

Sous ce titre un peu bizarre, se cache une série B aux allures de série Z de luxe. Comprenez par là que « Horribilis » ne se prend pas au sérieux, joue ouvertement la carte du gore outrancier, des dégénérescences monstrueuses, de l’humour graveleux, mais tout ça avec un véritable amour du genre. Son auteur, James Gunn, a fait ses armes chez la légendaire firme Troma (d’où la présence en guest-star de Lloyd Kaufman, big boss de la boîte) avant de décrocher le jack-pot en écrivant le (très mauvais) film « Scoubidou » (et on comprend mieux les allusions « prout-prout, pipi-caca » quand on découvre tout Gunn avec « Horribilis » !) , et sa suite (du même acabit) avant de le retrouver derrière le scénario de « L’armée des morts », remake réussi du « Zombie » de Romero. Suite à ces succès, il trouve enfin le fric pour monter son premier film « Horribilis ». Dans un coin perdu des States, les gens sont rapidement contaminés par un parasite extra-terrestre tombé du ciel. Le shérif, la femme du plus gros notable de la ville (amour de jeunesse du shérif toujours amoureux d’elle) et quelques rares rescapés vont tout faire lors d’une nuit de folie, pour endiguer ce terrible fléau.

Humour vaseux mais drôle, effets spéciaux autant en latex qu’en numérique, hommages à plein d’autres films du genre (dont un en particulier avec ces limaces venues d’ailleurs, à savoir l’excellent « Night of the creeps »), gore à outrance, allusions sexuelles énormes (la limace dans la bouche, hein, je ne vous fait pas de dessin !), langage de charretier à chaque coup dur, « Horribilis » affiche rapidement ses ambitions. Le talent étant de mise, on évite la série Z insupportable. Que ce soit de la part de James Gunn qui signe ici une première œuvre attachante en tous points, bien ficelée, très « pro » quoi, ou d’acteurs reconnus et n’hésitant pas à se lancer dans un tel film (jugez plutôt : Michael Rooker, vu avec Stallone dans « Cliffhanger » et mondialement célèbre pour avoir été « henry portrait of a serial-killer », et Gregg Henry, ennemi juré de Mel Gibson dans « Payback », absolument génial et tordant ici en « redneck » notable du bled !), ou d’effets spéciaux de très haute tenue (on sent qu’il y a un studio derrière et donc du fric !), « Horribilis » tient très bien la route, et plonge dans l’outrancier sur tous les fronts sans se prendre au sérieux. Dans le genre, c’est un des meilleurs films vus depuis longtemps, et on peut dire que ça fait du bien ! Le revoir ne lasse pas (gage de qualité ça !), et pour prolonger le plaisir, les bonus sont assez conséquents. Bon, les puristes vous diront que sur le zone 1 existe un commentaire audio pas piqué des hannetons de Gunn, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Mais rares sont ceux qui se retapent le film avec un commentaire audio, donc autrement, on est quand même gâtés. On conserve le ton très bourrin du film au travers de quelques reportages qui donnent une bonne idée de l’ambiance sur le plateau, on découvre le secret des effets spéciaux qui tenaient à conserver une part de « live » et on suit le père Kaufman s’auto-congratulant dans un petit film tourné par lui-même lors de sa présence sur le plateau. Certes, on n’a pas beaucoup d’élocutions directes et sincères de Gunn sur son film, mais au travers de tout ça, on a quand même une bonne idée du plaisir ressenti par chacune et chacun à faire ce film. Et pour le spectateur, ça se ressent bien. Alors si vous êtes passés à côté pensant que c’était certainement nul, tentez la vision en DVD de ce film et vous verrez que vous ne le regretterez pas. Mais en sachant avant ce qui vous attend, OK, alors relisez toute cette chronique avant de vous lancer sur le DVD !

Note film : 7/10 (copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3)
Bonus DVD : 7/10 : effets spéciaux - scènes coupées - visite de plateau - bêtisier - rencontre avec Lloyd Kaufman se filmant sur le tournage - making-of promo rigolo !
St. THIELLEMENT



Retour au sommaire