SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Les rois navigateurs 1-Le manteau des étoiles



"Les rois navigateurs 1-Le manteau des étoiles "
de
Garry Kilworth

Editeur :
Mnémos
 

"Les rois navigateurs 1-Le manteau des étoiles "
de Garry Kilworth



7/10

L’histoire de la fantasy nous a rarement habitué à pareille gageure romanesque, et il est à remarquer que les éditions Mnémos semblent de plus en plus ouvertes à ces histoires " d’outrepart ", pour emprunter les mots de la bouche de feu M. Versins.

Dans les îles du bout du monde vivent les redoutables hommes du Peuple des vents, fins navigateurs et combattants intrépides. Or, un jour, un équipage s’égare lors d’une chasse en mer. Perdu en terra incognita, il gagnera les rives d’un monde où le brouillard habite les terres comme un éternel manteau. Les habitants sont des hommes à la peau blanche et aux cheveux jaunes. Ils retourneront dans leurs îles avec deux représentants de ce peuple pour s’apercevoir qu’un complot est en cours. Le roi est mort, et les deux fils s’affrontent en une lutte sans merci. Tangiia, le cadet, partira en exil avec une partie du peuple. Seumas, l’un des deux guerriers du nord, qui possède le secret de l’acier, le suivra également dans un périple homérique en quête d’une île perdue renfermant dans son coeur quelques merveilles, et comme dans toute aventure extraordinaire, les nécessaires effroyables dangers inhérents à toute exploration digne de ce nom.

Ceux qui pensent que la fantasy s’enferme parfois un peu trop dans des univers superficiels, voire trop oniriques, seront enchantés par un récit qui, sous les apparences du roman de voyage, nous conte l’une de ces quêtes invincibles d’anciens peuples, ces histoires parallèles que ne rapportent jamais les textes officiels d’histoire. En se basant sur une protohistoire judicieusement contée, l’auteur nous permet de revivre, au travers du périple de ce peuple à la dérive, les sentiments de désespérance et les grandes gloires que connurent peut-être nos ancêtres conquérants. Mais bien plus, prenant prétexte d’une fantasy influencée par les mythes polynésiens, dont chaque île vénère son Dieu, l’auteur nous amène à nous interroger sur l’histoire des grandes conquêtes de jadis. En effet, si les Vikings furent les premiers réels colons de l’Amérique, validant en partie la thèse plus ancienne des Solutréens d’Europe, l’auteur a inversé le problème. Les polynésiens étant également de grands voyageur, l’auteur fait faire une pirouette à l’histoire, en tenant pour valide la possible colonisation des terres du Nord, un peu trop inviolables, par des peuplades du sud.

L’histoire est prenante, un peu affaiblie cependant parfois par des scènes de combats qui auraient mérité la plume nerveuse et folle d’un Robert Howard, ne serait-ce que pour leur donner plus de mordant, de couleur. Mais là n’est pas le projet de l’auteur. Sa prose est claire, les phases descriptives sont totalement maîtrisées, les dialogues d’une profonde vivacité, et les séquences incluant des prodiges de la nature (l’oiseau géant) d’un certain lyrisme fort appréciable. Car, bien plus que de simplement raconter une banale histoire de fantasy, l’auteur nous brosse un portrait d’une époque où les choses étaient bien plus simples qu’à présent, comme aimer et résister, se battre et voyager. Un nouveau cycle que les lecteurs plus exigeants apprécieront sans nulle doute, et une belle extrapolation des mythes polynésiens que l’auteur réactive avec brio. Une très bonne surprise !

Emmanuel Collot

Les rois navigateurs, Tome 1-Le manteau des étoiles, Garry Kilworth, Collection Icares, Editions Mnémos, traduit de l’anglais par Sandra Kazourian, couverture par Florence Maudoux, 356 pages, 22 €.






Retour au sommaire