SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Les Aventures oubliées du baron de Münchhausen : T.1 - Les Orientales

"Les Aventures oubliées du baron de Münchhausen : T.1 - Les Orientales " de Supiot

Les premières et fameuses aventures du baron furent publiées en 1785, à Oxford, où Rudolf Erich Raspe s’était réfugié. Elles sont tirées des fanfaronnades d’un personnage réel, Karl Friedrich Hieronymus, baron de Münchhausen, officier allemand à la solde des Russes, qui combattit les Turcs en 1740. Fixé à Hanovre, il raconte avec force dithyrambes ses prétendues aventures. L’édition est un échec et Raspe « vend ses droits » à un libraire. Celui-ci confie à Gottfried August Bürger le soin de traduire le texte existant en allemand, de rajouter un chapître d’introduction et quatorze nouveaux chapîtres aux cinq primitifs.

Olivier Supiot s’approprie ce personnage pour développer, en trois volets, de nouvelles aventures oubliées. Nous retrouvons donc Hieronymus vendu comme esclave à un sultan qui, connaissant sa réputation, lui donne une nuit pour lui faire croire à ses mensonges. Le baron commence par lui raconter que la mort ne lui fait pas peur, qu’il la côtoie régulièrement, qu’il a même refusé son invitation à danser lors de leur dernière rencontre. Puis, il se lance dans l’énumération de ses exploits de l’année. Il a fait face à une attaque de pirates, lutté contre un énorme serpent de mer, fui devant toutes ses conquêtes féminines réunies...

Le personnage, de par son aura universelle, se prête fort bien à une reprise pour une succession d’aventures toutes plus échevelées les unes que les autres. Olivier Supiot enchaîne les péripéties avec ce qu’il faut de folie, alternant les séquences dramatiques et drôlatiques, jouant au passage avec quelques concepts philosophiques.
Le dessin et les couleurs sont agréables, poétiques et rendent parfaitement le climat magique et féerique des histoires.
Cependant, avec ses pages peu remplies, Les Aventures oubliées du baron de Münhausen ressemble plus à un livre d’images, (très belles pour certaines) à un support qui réveille des sensations, qu’à une BD avec une intrigue ficelée.

Serge Perraud

Les Aventures oubliées du baron de Münhausen, scénario et dessins d’Olivier Supiot, Vents d’Ouest coll. Equinoxe, août 2006, 56 pages, 13 €



Retour au sommaire