SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Cuervos : T.4 - Requiem

"Cuervos : T.4 - Requiem " de Richard Marazano et Michel Durand

Joàn Mandez, le responsable d’un empire financier et industriel, le ministre qui vise la présidence de la république, ...le dirigeant du plus grand cartel de drogue, enterre son épouse. Beatriz était malade d’un cancer depuis quinze ans, sans qu’il le sache. Ce décès motive le retour d’Alexia, sa fille, qui poursuivait ses études en Europe.
La disparition de celle qui l’a poussé vers la réussite, amène un déséquilibre psychique pour Joàn. Outre le fait qu’il refuse sa mort, il commence à décliner. Il prend des accès de violence et tue sans raison. Il est devenu incontrôlable. Lui qui est candidat à la présidence refuse de recevoir les journalistes pour une interview.
Si son entourage est très inquiet, il en est de même pour ses associés ! Les conditions ont bien changé et les cartels sont devenus des multinationales. Des sociétaires tentent des contacts avec Alexia. Celle-ci peut-elle, comme sa mère, prendre une place prépondérante ? Et que deviennent Joàn, son père, et Ernesto, son frère, dans cette nouvelle donne ?

Richard Marazano possède l’art du conteur et sait maîtriser tous les éléments de son récit, entretenant le suspense jusqu’à son terme. Il exprime et restitue parfaitement le climat de violence, de meurtres, de sang qui règne dans les milieux affairistes liés à la grande criminalité.
Cependant, il dresse de Joàn le portrait pathétique de l’homme seul, à la fois par choix et par obligation. Il montre que la loi de la survie s’applique dans toutes les situations ; que le pouvoir n’est qu’un éternel recommencement avec de nouveaux acteurs qui ont éliminé, plus ou moins brutalement, rapidement, les anciens.
Marazano, dans son récit, se borne à apporter des faits, à décrire des circonstances sans porter de jugement. Il expose une situation qui n’est pas spécifique à la Colombie, qui se reproduit dans bien d’autres pays avec plus ou moins de « dégâts apparents », mais avec la même âpreté.

Michel Durand réalise un dessin violent, aux lignes sèches mais qui font mouche. Il organise sa mise en page et traite de la mise en scène de façon remarquable.

Requiem clôt de façon brillante une remarquable série.

Serge Perraud

Cuervos : T.4 - Requiem, scénario de Richard Marazano, dessins de Michel Durand,
Glénat coll. Grafica, avril 2006, 48 pages, 12,50 €



Retour au sommaire