SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Memento Mori
"Memento Mori"
de Kim Tae-Yong et Min Kyu-Dong
Memento Mori

Memento Mori

Memento Mori

Memento Mori



 


Memento Mori


Réalisateur : Kim Tae-Yong et Min Kyu-Dong


Souviens-toi de la mort.


Le 1er jour une fille est morte la tête vidée : elle s’était peut-être souvenue de la vérité. Le 2ème jour une fille est morte les jambes mutilées : elle s’était peut-être rapprochée de la vérité. Le 3ème jour une fille est morte les oreilles coupées : elle avait peut-être entendu la vérité. Le 4ème jour une fille est morte les yeux arrachés : elle avait peut-être vu la vérité. Le 5ème jour... la langue coupée : elle avait peut-être dit la vérité. Le 6ème jour... les mains amputées : elle avait peut-être écrit la vérité. Le 7ème jour une fille va mourir.


De si belles petites jeunes filles confrontées à la Mort. Chiante de son vivant cette Hyo-Shin, mais après sa mort encore pire...


Je me suis ennuyé...



Film : 5/10 DVD : 8/10


Alain Pelosato

Un autre avis

Whispering Corridors 2

5 /6

Résumé :

Une lycéenne nommée Min-Ah découvre le journal intime de deux jeunes lesbiennes : Hyo-Shin et Shi-Eun. Peu à peu, pourtant, la relation amoureuses des deux filles bat de l’aile et Shi-Eun se montre de plus en plus indifférente. Hyo-Shin est alors retrouvée morte : apparemment elle s’est suicidée en se jetant du toit du lycée. Mais, ensuite, des événements mystérieux surviennent dans l’école.

Critiques :

Surfant sur la vague de l’épouvante basée sur les fantômes et le surnaturel, "Memento Mori" se veut une suite de "Whisper Corridors" mais entretient peu de liens avec ce dernier film.
Ici, on traite d’un collège de jeunes filles maudit et les réalisateurs en profitent pour attaquer de front le thème éminement tabou, en Corée plus qu’ailleurs, de l’homosexualité féminine.
Les cinéastes aboutissent à un métrage soigné se voulant à la fois une illustration de thèmes classiques du fantastique, une histoire de fantôme angoissante, une dénonciation du système éducatif coréen et un manifeste pour la différence, ce qui lui valut une solide réputation critique.
L’histoire d’amour est ici privilégiée et les actrices sont aussi convaincantes que frâiches et spontanées. D’ailleurs, les cinéastes disent avoir rusés pour obtenir une interprétations aussi juste de ces jeunes débutantes. Lorsque les deux lesbiennes s’embrassent en pleine classe, les actrices jouant les chipies n’étaient pas au courant de ce qui allaient arriver. Leur réaction de dégoût n’est absolument pas feint et traduit malheureusement la réalité d’un pays encore bien rétrograde à ce niveau.
Malgré une construction en flash-backs complexes dans laquelle le spectateur risque de se perdre, la mise en scène très travaillée et inventive permet de passer un bon moment.
Quelques longueurs et intermèdes pseudo-humoristiques un peu ennuyeux gâchent à peine le plaisir ressenti devant cette oeuvre fascinante à laquelle on reprochera peut-être une finale excessivement spectaculaire (inspirée par "Carrie") sans doute moins réussie.
Néanmoins, cette vision originale et asiatique du fantastique semblera surement très novatrice aux occidentaux.
Une bonne surprise, donc.
Le troisième épisode, "Wishing Stairs", est sorti en 2003 avec moins de succès semble t’il.

Pizzoferrato Fred (2005)

Pour de plus amples informations sur le cinéma asiatique, visitez mon site :
asia.cinemaland.net



Retour au sommaire