SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Ultimates Hors Série 5 : Ultimate Iron Man

"Ultimates Hors Série 5 : Ultimate Iron Man" de Orson Scott Card - Andy Kubert - Bagley

Marvel France - Juillet 2006 - 5,30 euros

Quand Orson Scott Card (Basilica, La Stratégie Ender), prend en mains les origines du jeune Tony Stark, futur membre de l’équipe des Ultimates, on ne peut s’attendre qu’à un récit de science fiction. Armure liquide, complots, un jeune enfant comme héros (comme dans l’excellent roman Basilica), l’aventure nous entraîne lentement dans un futur proche dans lequel une histoire d’amour et de gros sous va donner naissance à un jeune garçon aux propriétés extraordinaires, tout comme son intelligence.

On s’étonnera finalement d’entrevoir à peine l’amure d’Iron Man, mais davantage des concepts, le récit étant principalement axé sur l’enfant et non sur l’armure. On s’étonnera également que ces origines dédiées à l’univers Ultimate - modernisation du monde originel Marvel - divergent de celles que l’on connaissait jusqu’alors du Tony Stark des The Ultimates. Card a eu carte blanche et ne s’est ainsi pas soucié de ce qui avait été fait avant lui.

Nous avons donc là une belle aventure, inventive, intéressante et bien rythmée, dans le principal défaut est le manque de conclusion. On nous annonce ces cinq épisodes comme une première mini série, mais il ne faut pas se leurrer ; cette histoire n’en est pas une, mais plutôt une première partie non terminée. Bien trop de questions restent en suspens, et surtout une suite directe aux dernières pages du récit. On reste ainsi sur sa faim, et c’est très dommage. Un épisode supplémentaire aurait permis de constituer une véritable mini série, mais il manque à l’appel. La suite en 2007, peut-être...

Grégory Covin



Retour au sommaire