SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Cinéma bis et culte -  Terreur a Tiny Town

"Terreur a Tiny Town" de Sam Newfield


The Terror of Tiny Town (1938)
De Sam Newfield
Avec Billy Curtis
Yvonne Moray
Little Billy Rhodes

Well, pour ceux qui l’ignorent TINY TOWN est une curiosité datant de 1938. Un Western musical (genre alors en vogue) très classique avec deux propriétaires terriens qui se disputent, un méchant qui espère tirer les marrons du feu et une jeune demoiselle qui nous la joue Juliette pendant que le héros se prend pour Roméo. Bref, rien de très original et il est certain qu’aujourd’hui TINY TOWN serait totalement oublié si il ne bénéficiait pas d’un argument imparable : son casting ! Car le film est entièrement interprété par des nains. Ou, comme on dit plus correctement aujourd’hui, des personnes de petite taille. Mais nous dirons des nains. Lesquels évoluent dans un décor absolument pas adapté à leur taille (d’où décalage comique) et chevauchent des poney lors des cavalcades. Lorsqu’ils passent la porte du Saloon...c’est par en dessous. Et lorsque les nains jouent de la contrebasse ils doivent s’y mettre à deux. Et leur chope de bière apparaît grande comme un tonneau. Bref, c’est con mais ça donne le sourire ! Et même si c’est nain porte quoi on prend quand même un certain plaisir à suivre le tout.
Malheureusement, TINY TOWN n’a rien d’autre à offrir que ce "one gag" (qui n’en est même pas un) car, excepté ce casting délirant, il s’agit d’un très médiocre Western. L’humour est rare, les chansons très vieillottes, les dialogues sont ridicules et prononcés d’un ton détaché et amateur par des non professionnels et le scénario est cliché à souhait. Les nombreux intermèdes musicaux sont évidemment pénibles et tout ça apparaît rapidement comme insupportablement ennuyeux, sauf si on possède un coté vraiment attiré par le délire. Car n’oublions pas que ce sont tous des nains qui jouent les cow-boys ! Mais le cinéaste n’a pas vraiment l’air de se préoccuper de ces acteurs et cette exploitation outrancière est finalement plus désagréable qu’amusante. L’année suivante, la quasi-totalité du cast allait d’ailleurs se retrouver pour LE MAGICIEN D’OZ, beaucoup plus respectueux à leur égard. Sam Newfield, spécialiste du Z vaguement culte, tourna de très nombreux films mais, outre TINY TOWN, son monument, on retient surtout de lui quelques productions aberrantes comme MARIJUANA L’HERBE DU DIABLE, NABONGA (un sous Kong) et HARLEM ON THE PRAIRIE, un Western uniquement interprété par des Noirs.
En définitive, BUGSY MALONE, tout aussi décalé, apparaît comme bien plus réussi et moins enclin à faire de la provocation stupide. Mais bon, TINY TOWN est un Western. Avec des nains. Que dire de plus !
Bref, TINY TOWN est un mauvais Western dont le seul argument est son casting...de nains (vous avez compris, là !). Mais c’est une vraie curiosité et, malgré sa médiocrité, je vous conseille de voir ce film et même de l’acheter, du moins si vous avez des copains qui aiment les productions décalées. Vous pourrez ainsi dire que vous avez vu TINY TOWN...et leur montrer à l’occasion. Dans l’ambiance appropriée, vous passerez sûrement un bon moment, d’autant que le tout ne dure qu’une petite heure. Petit film, petit budget, petites ambitions et petites personnes. Tout va bien.
Quelques bandes annonces et une courte présentation du film (qui aurait mérité plus d’analyse !) complètent ce DVD vendu pour une bouchée de nain. Ou de pain.

Fred Pizzoferrato



Retour au sommaire des films bis et culte