SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  L’amour est une protéine

"L’amour est une protéine" de Choi Kyu-Sok

8/10

- C’était un bon fils bien que je sois un mauvais père... Il était comme un ange. Sachez-le, s’il vous plait... avant de le manger.

La cruauté est souvent une question de choix. Pour régler une dette pourquoi ne pas livrer un ami à un scientifique ? L’ami en question semble bien être humain, mais l’autopsie devrait confirmer son statut d’extraterrestre. De même entre l’argent et l’honnêteté il faut choisir son camp. Quand on se retrouve ami d’un handicapé mental, faut-il l’aider ou se servir de lui ? Et pour apporter le bonheur au peuple pourquoi ne pas le lui imposer ?
Les univers sont parfois décalés. Ainsi dans L’amour est une protéine si on commande un poulet roti on risque de voir le livreur (un coq) expliquer que le repas est son pousssin adoré Dakdoli. D’où un nouveau choix : faut-il le manger parcequ’on a faim ou pour lui rendre hommage ?
Le monde de Dinosaure Dooly est inspiré de la bande-dessinée "Agigongryong Dooly" de Kim Su-Jeong, tandis que Léviathan est un monde de conte de fée (en apparence).
Dans le monde de la préhistoire d’Aiguille de pin un chaman envisage de sacrifier son fils pour conserver son pouvoir. Cependant Ma décision et Cocaman se situent dans la Corée moderne : une société dure et violente.
Fantasy, science-fiction ou réalisme, quel que soit le contexte les hommes ne sont-ils pas toujours les mêmes ? Le bal masqué résume le propos. Des humains avec des masques animaliers se comportent comme des animaux jusqu’à ce que l’un d’entre eux renonce au nom de la dignité humaine... : mauvaise idée. Mais après tout, avec ou sans masque quelle est la différence ?
Ces sept histoires sont pour Choi Kyu-Shok (1) l’occasion de décrire des mondes durs, avec des personnages désabusés dont le plus bel exemple est Totchi l’autruche en bas résille et fumant la cigarette.

(1) Nouilles Tchajang (Kana)

Damien Dhondt

Auteur : Choi Kyu-Sok _ L’amour est une protéine _ Traduction : Baek Hye-Ri & Cho Yong-Hee, Adaptation graphique et lettrage : Kristopher Decker, Postface de Kim Su-Jeong _ Casterman, collection : Hanguk (juillet 2006) _ Inédit, moyen format, 184 p. dont 68 pages couleurs, 13,75 euros

Voir l’interview de l’auteur dans la rubrique "interviews"



Retour au sommaire