SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  La prisonnière du désert (The searchers) - Edition Collector
"La prisonnière du désert (The searchers) - Edition Collector "
de John Ford
 

Avec John Wayne, Natalie Wood, Jeffrey Hunter.
Warner Home Vidéo

Certainement un des chefs-d’œuvre du western, et encore plus loin, du 7ème Art. Le film qui aurait mérité une pléiade d’Oscars, mais comme beaucoup d’autres injustices cinématographiques, il tomba au mauvais moment. Vous n’aimez pas John Wayne, cette grande gueule de républicain qui symbolise à lui seul le western américain, celui qui fit un des pires films de guerre jamais faits (« Les bérets verts », si nul que les discours de Bush paraissent presque intelligents à côté !), hé bien si vous n’avez jamais vu « La prisonnière du désert », dites-vous que ce sera certainement le seul film de Wayne que vous adorerez, que l’acteur vous semblera extraordinaire dans son rôle d’ancien nordiste revenu chez lui et partant ensuite à la poursuite de comanches ayant enlevé sa nièce et massacré le restant de la famille, à l’exception d’un adolescent métis qu’il aime et méprise à la fois. Vous découvrirez l’exceptionnel talent d’un cinéaste, John Ford, à l’apogée de son Art dans ce domaine bien précis (Ford signa d’autres films magnifiques tout en n’étant pas des westerns) au point de filmer les somptueux paysages de Monument Valley (qui ne seront jamais aussi bien filmés que par lui, au passage !) pour leur conférer la même importance qu’un acteur de premier plan. Pour son cinquantième anniversaire, la copie a été magnifiquement restaurée, donnant ainsi au film une nouvelle jeunesse « physique », les années n’ayant en rien altéré la puissance dramatique de ce chef-d’œuvre. En avance sur son temps, par son message pacifiste, ses idées racistes volontairement véhiculées par Wayne pour mieux les faire s’effondrer au fur et à mesure des longues années de recherche de sa nièce, son rythme différent de bien des westerns de la même époque, etc..., « La prisonnière du désert » a l’extraordinaire faculté de conserver intact tous ces éléments qui en firent ce qu’il fut et restera encore pour bien des décennies. Maintenant, l’autre surprise vient du label « Collector » qui mérite vraiment son titre. En effet, on y découvre sur le premier disque, l’introduction du propre fils de Wayne, Patrick, qui s’essaya un temps au métier d’acteur avant de passer à autre chose, et sur le second disque tout d’abord les points de vue de cinéastes (dont Scorcese pour le plus prestigieux et talentueux des trois) sur le film, leurs souvenirs quant à sa première vision (tous émerveillés par la beauté du format « Vistavision » mis en valeur par Monument Valley), et ensuite de vrais documents d’époque, parmi les premiers du genre certainement, à revenir sur les acteurs et les sites de tournage. Présentés par le Laurent Weil de l’époque (même moule !), on retiendra des idées assez opposées à celles véhiculées par Ford pour son film, surtout dans le passage incluant Natalie Wood qui trouve prudes ces Indiens quand elle se balade en petite tenue pour bronzer !!! A noter aussi que pour définitivement faire dans le doc d’époque, on a aussi les publicités adéquates ! Ou comment retrouver le goût de « La dernière séance ». Enfin, petite curiosité, la bande-annonce du prochain Brad Pitt, plutôt un teaser même, qui incarne Jesse James dans ses derniers jours avant d’être assassiné. Voilà, que du bonheur, et surtout, le plaisir de redécouvrir un tel chef-d’œuvre (je sais, ce n’est pas la première fois que je le dis !) dans un tel écrin. Et pour les détracteurs, promis, vous allez aimer Wayne pour la seule et unique fois. D’ailleurs, c’était aussi son film préféré. Son second fils porte le prénom de son personnage. Comme quoi, quelque part, « La pisonnière du désert » fut certainement le film de sa carrière, et de sa vie.

Film : 10/10
DVD : 10/10 (copie excellente, format 1.85 image 16/9ème compatible 4/3) - Bonus : disc 1 : commentaire audio de Peter Bogdanovich, introduction de Patrick Wayne, bande annonce - disc 2 : le film vu par Martin Scorcese, Curtis Hanson & John Milius, making-of d’époque, reportages d’époque, bande-annonce teaser de « The assassination of Jesse James by the coward Robert Ford ».

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire