SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Les Chroniques de Tornor : tome deuxième - La fille du Nord -



"Les Chroniques de Tornor : tome deuxième - La fille du Nord - "
de
Elizabeth A. Lynn

Editeur :
Terre de Brume
 

"Les Chroniques de Tornor : tome deuxième - La fille du Nord - "
de Elizabeth A. Lynn



Sorren est attachée à la maison Med, dirigée par Arré, pour huit années de service. Elle a en charge les approvisionnements, ce qui lui permet de côtoyer toute une population hors de la maison. Elle est la maîtresse de Paxe, la femme maître d’armes de la maison. qui enseigne, et entraîne, au maniement de lances, de gourdins et le combat à main nue, ceux qui font partie de la garde. Sorren est sujette à des visions. Elle voit un château avec une haute tour dans un paysage de montagnes. Elle questionne et rassemble les indices sur l’existence réelle de cette construction et sur sa localisation. Elle apprend qu’une légende raconte l’histoire de Sorren, la Dame de Tornor, qui gouverna la forteresse du Nord et créa une lignée de filles qui, depuis...
Sorren doit découvrir la raison de ses rêves, car cette tour existe. Elle se dresse aux confins du pays d’Arun, pour protéger les habitants de la steppe des assauts des pillards venus d’Anhard. Mais le voyage est long et périlleux. Bien que l’usage des armes tranchantes soit interdit depuis plusieurs siècles, la violence renaît. Qui est Sorren ? Quel destin l’attend au terme de son voyage ?

Elizabeth A. Lynn a conçu une société matriarcale où la guerre est bannie. Les maisons sont gérées par des femmes et celles-ci tiennent tous les postes importants. La civilisation proposée est attrayante car imaginée avec une vision féminine. Les luttes et affrontements sanglants ont été supprimés au profit d’une paix qui n’exclut pas, néanmoins, les rivalités et les conflits de personnes. Les germes possibles de criminalité ont été retirés. Par exemple, les transactions dans la ville de Kendra-du-Delta se font avec des coquillages de façon à gommer le côté attirant de l’argent. La société de type féodal conçue par l’auteur, met chacun à une place bien déterminée. Les populations appartiennent à des clans identifiés par une couleur bien définie et sont regroupées en maisons spécialisées dans une activité économique. Toutefois, cette société utopiste n’a pas éradiqué l’ambition, la jalousie, le goût du pouvoir et du profit, aux dépens des autres. Et elle évolue avec... l’ouverture du pouvoir aux hommes et... bien sûr, le retour de la violence, des armes, des bagarres et des drogues. Pour animer son univers, l’auteur a conçu une galerie de personnages et les a fort bien composés du point de vue psychologique, et dans leur fonction. Sorren, Paxe et Arré sont attachantes et l’on prend vite fait et cause pour ces trois femmes en bute à nombre de difficultés.

L’auteur, vous l’avez compris, privilégie la part féminine et donne la première place aux dames, leur fait pratiquer les mœurs de Lesbos et dire que : « Pour être riche une maison doit engendrer des filles. » D’ailleurs, les femmes ne parlent que de leur mère, les géniteurs restant dans l’ombre, comme oubliés.

Les Chroniques de Tornor relatent plus la vision d’une société meilleure, en décrit la constitution et le fonctionnement, que celles de batailles, de combats contre les sempiternelles forces du mal. Et c’est très bien fait. Pour cela, Elizabeth A. Lynn a privilégié une narration par dialogues, pour retrouver l’esprit d’une société où la tradition et l’usage de l’oral étaient quasiment les seuls possibles.

Un livre au sujet rare, qui relate de façon attrayante le parcours d’une héroïne attachante.

Serge Perraud

Les Chroniques de Tornor : tome deuxième - La fille du Nord, Elizabeth A. Lynn, Terre de Brume coll. Poussière d’Étoiles, janvier 2006, 480 pages, 22 €






Retour au sommaire