SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No106
106
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  S - Z -  Les Voleurs d’âmes - Volume 1 : Le Tombeau de Drakula



"Les Voleurs d’âmes - Volume 1 : Le Tombeau de Drakula"
de
Jacques Sirgent

Editeur :
Éditions l’Anomalie
 

"Les Voleurs d’âmes - Volume 1 : Le Tombeau de Drakula"
de Jacques Sirgent



En ce 1er décembre 2004, Jacques Sirgent, créateur du futur musée des vampires, part pour « Lille où le département des études celtiques de l’université de Villeneuve d’Ascq organisait un congrès international sur Dracula ».

Arrivant très en avance gare du Nord, à Paris, il attend le départ de son train devant une boisson au cola. Le garçon de café à l’allure étrange s’approche, lui récite les premiers vers de La Métaphore du Vampire, poème issu des Fleurs du Mal. Puis, il annonce sans détour connaître l’endroit où se trouve la dépouille de Vlad Teppes, le fameux Comte ayant servi de modèle au personnage romanesque de Bram Stocker. Cette anecdote véridique est le point de point de départ d’une aventure rocambolesque et d’un excellent roman fantastique.

L’auteur part d’une idée élémentaire et efficace. Le corps de Vlad III - le vrai Comte Dracula - n’a jamais été retrouvé. Une société gothique secrète aurait pu s’en emparer en 1897 dans le dessein de provoquer la renaissance du maître.

L’ensemble rédigé comme un journal de bord est similaire à une longue prière - notamment avec le détournement du notre père - et à un poème. L’impression lyrique est renforcée par les répétitions semblables au refrain d’une chanson (« Le sang, c’est la vie » ; « Les vampires courent vite »).

Le style syntaxique et grammatical est dépouillé : les phrases sont courtes, le vocabulaire est simple. Ce qui permet une lecture fluide et très agréable. Ce n’est pas sans évoquer le glissement nocturne des êtres de l’ombre.

Le déroulement des évènements consécutifs au point de départ progresse avec pertinence, sans heurt, inévitablement vers le dénouement final. Cette démarche habitue le lecteur aux protagonistes, légitime les aventures des personnages et soumet le dénouement à point nommé.

Intéressée par la mythologie vampirique depuis plus de quinze ans, je pense connaître quelques petites choses sur le sujet. Parallèlement, j’ai rencontré Jacques Sirgent à l’ouverture de son musée. C’est pourquoi je prends le droit d’affirmer que toutes les références mythiques sont correctes. L’auteur maîtrise parfaitement son sujet.

Prix : 10 €

Cécilia Jamart






Retour au sommaire