SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  L’échiquier d’Einär



"L’échiquier d’Einär"
de
Claire Panier-Alix

Editeur :
Nestiveqnen (20 juin 2001)
 

"L’échiquier d’Einär"
de Claire Panier-Alix



++


Dès le début de L’échiquier d’Einär, on sent que Claire Panier-Alix est amatrice de Tolkien. Pour son premier ouvrage, elle a choisi une narration lente et descriptive pour une histoire qui n’est pas sans rappeler celle de l’auteur du Seigneur des Anneaux. Comme lui, son intrigue, ou plutôt sa succession d’intrigues, se déroule sur des siècles et des siècles (un peu comme le Silmarillion). Comme lui, elle prend son temps pour tisser le destin de ses héros. Comme lui, elle aborde son récit plus comme étant celui d’un pays que celui d’un homme, mettant en scène au passage quelques dieux du cru. La comparaison s’arrête là. Même si elle pratique une fantasy qui se veut grandiose, elle n’a pas la plume de Tolkien et n’y prétend sans doute pas. Son récit débute sur l’invasion de l’île de Modar’Lach par l’armée du terrible sorcier Guiderod. Pour rétablir l’équilibre des forces et sauver la faërie, le dieu Einär redonne une nouvelle jeunesse au héros Duncan d’Irah, alors aux portes de la mort. Sa mission : combattre le sorcier et aider les elfes et autres nains du coin. Une quête dans laquelle il recevra un bon coup de main des dragons tirés de leurs sommeils millénaires pour l’occasion. Mais l’histoire de Duncan en cache une autre, beaucoup plus longue et dramatique. Akhéris d’Irah, son petit-fils à l’âme torturée est appelé à prendre sa succession. Malheureusement, en devenant immortel pour la sauver des griffes du sorcier, il perd dans le même temps sa bien aimée, endormit par la puissante magie de Guiderot. Et notre héros n’aura pas de trop de l’éternité et des 300 dernières pages du livre pour la réveiller... La longueur est l’apanage de L’échiquier d’Einär. En prenant son temps et en adoptant une narration un tantinet pompeuse et ennuyeuse, Claire Panier-Alix rend difficile d’accès son histoire. L’intervention des dieux et le défilement des siècles ne facilitent pas la chose. Bref, voici un livre qu’on ne peut conseiller qu’aux lecteurs que ce genre de défauts n’arrête pas. Espérons pour elle qu’ils seront nombreux.

Claire Panier-Alix, L’échiquier d’Einär, Chronique insulaire tome 1, Nestiveqnen, 458 p.


Jérôme Vincent






Retour au sommaire