SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  La Mort en ligne (One missed call)
"La Mort en ligne (One missed call) "
de Takashi Miike

Avec Kou Shibasaki, Shinichi Tsutsumi, Renji Ishibashi.
Metropolitan Vidéo

Vous détestez les films de Miike, de « Audition » en passant par la saga « Dead or alive » sans oublier d’autres titres qui eurent la chance d’une sortie salles (et pendant ce temps, « Fragile » passe sur Canal Plus et sort en DVD six mois plus tard !!!) comme « Visitor Q » , plus tous les autres vus au moins une fois dans un festival (« Ichi the killer », « Man in White »). Alors vous adorerez « La mort en ligne », dix fois plus puissant que le « Ring » original, cent fois plus terrifiant, et pour les non amateurs de Miike, c’est son chef-d’œuvre.
La terreur s’empare de jeunes étudiants suite à de mystérieux décès : un coup de fil sur leur portable venant de ce même portable et leur annonçant leur mort au plus tard 3 jours après. Pour Yumi, rester en vie signifie trouver la cause de cette malédiction. Laquelle révélera une vérité encore bien plus cauchemardesque.
Dire qu’on est scotchés sur son siège, c’est peu. Pour une fois, Miike délaisse ses tics vraiment gênants au bout d’un moment, se calme et filme un véritable film de terreur. Des séquences chocs assez inédites sont ainsi lancées et force est de reconnaître qu’elles font mouche. Miike révèle ainsi en appliquant une mise en scène des plus classiques un véritable potentiel quant à créer la terreur en évitant tout cliché nippon très en vogue depuis quelques années. Si certaines séquences rappellent bien des films asiatiques du genre, Miike arrive à transcender leur effet pour en livrer quelque chose d’inédit et de ce fait complètement terrifiant. A cela s’ajoute une intrigue qui va bien plus loin que ce qu’on avait commencé à percevoir, et finit d’achever le film dans un maelstrom de peurs qui font vite péter le trouillomètre le plus blasé. Au final, une excellente surprise de la part d’un des réalisateurs nippons les plus iconoclastes, originaux, rébarbatifs pour certains, subjuguant pour d’autres, mais en tout cas, une chose est certaine : « La mort en ligne » est bel et bien son meilleur film, voir son chef-d’œuvre. Un bonheur, n’arrivant jamais seul, un second disque de bonus est proposé, à l’intérêt mitigé, avec des interviews de Miike sur le sujet du film, les avant-premières locales, tout le cérémonial qui s’y greffe, etc... Bref, ce qui s’appelle une curiosité, plus que de véritables bonus constructifs autour d’un film, et dont l’intérêt se situe dans la découverte du regard porté par les Japonais sur ce dernier film de Miike (à l’époque, hein, parce que aujourd’hui, il en a déjà tourné 10 ou 12 !), certes plus classique mais ô combien remarquable.

Note : 8/10 DVD : 9/10 (copie excellente, format d’origine 1.85, image 16/9ème compatible 4/3)
Bonus (vostf) : commentaire audio du réalisateur et du directeur de la photo, making of (30 mn), bande-annonce.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire