SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  M - R -  La Cité d’en haut



"La Cité d’en haut "
de
André François Ruaud

Editeur :
Mnémos
 

"La Cité d’en haut "
de André François Ruaud



Note 6/10

Il y a dix-sept ans sur Spica, un phénomène inexpliqué a fait se réveiller les colons de cette planète hors du palais impérial où ils travaillaient. Ils n’ont jamais pu y retourner et sont restés dans l’ignorance du sort de leur Empereur. Les vaisseaux spatiaux sont cloués au sol. La planète doit survivre en totale autonomie. Les colons ont bâti leurs maisons en désordre, en là « cité d’en haut », la ville Toit. Mais la révolte gronde : les jeunes refusent de perpétrer des traditions qui n’ont plus de sens. Ariel Doulémi, un jeune vampire idéaliste travaille pour madame Ha, médecin et spécialiste du crime. Son travail va l’amener à enquêter sur plusieurs crimes, pour suivre la piste des contrebandiers de tortue bleue et comprendre les agissements du mystérieux Parti Blanc.
Ce livre est avant tout destiné aux curieux, désireux de découvrir un nouveau genre. Dans ce monde fantastique se côtoient les vampires, centaures, hommes-chats... Un beau melting-pot qui rêve de vivre en harmonie, un vampire homosexuel exploité dans son travail à cause de ses étranges facultés sensorielles, une lutte contre la drogue... Une mise en parallèle plutôt osée avec notre monde réel !
On accroche ou pas, mais ce roman est malheureusement un peu lassant, son écriture simple... En bref, rien d’exceptionnel. Un beau voyage dans un monde intéressant et poétique, où les baleines-ciel errent dans l’azur, et les baleines-terre remplacent nos éléphants (si l’on admet que nos éléphants sont gros comme des collines). Une jolie histoire malheureusement plutôt mal desservie par une écriture assez prosaïque. L’impression générale est que trop de choses ont été mélangées, un peu de policier, un zeste de fantastique, un brin de science-fiction, assaisonnée à une sauce très diluée de poésie...
Dommage, car ce livre reste cependant très intéressant, une découverte agréable, destinée plutôt aux plus jeunes d’entre nous.

347 pages, 18,50€

Emilie Debeaune






Retour au sommaire