SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Sur les traces de Dracula : Vlad l’Empaleur

"Sur les traces de Dracula : Vlad l’Empaleur" de Hermann et Yves H.

Parmi toutes les sources ayant servi à Abrahram Stoker pour l’élaboration de son Dracula, il est un personnage réel qui fut un prince réputé pour sa cruauté : Vlad Dracula était son nom, ce qui voulait dire : Vlad le fils du dragon. Celui-ci naquit en 1430 pour mourir en 1476 sous les coups de l’armée du Grand Turc. Entre temps, il fut prince de Valaquie, un petit royaume « pris entre le marteau et l’enclume ».
Il a passé sa vie à tenter de garder son trône, pour le perdre, puis le reprendre en essayant de jouer sur les deux tableaux, catholicisme et Islamisme entre Occident et l’Orient. Il a essayé de se hisser au niveau des puissants, coincé entre le très catholique Royaume de Hongrie appartenant au Saint Empire Germanique et le croissant islamique du Grand Turc. Il mena une vie de batailles où sa cruauté fit sa renommée. Il entra dans l’histoire sous le nom de Vlad l’Empaleur.

Yves H. a fouillé dans les archives, interrogé les historiens, parcouru la Roumanie pour collecter les informations sur ce personnage. Malgré le peu qu’il a pu collecter, l’auteur a réussi à reconstituer le parcours de ce prince, les différentes étapes de sa vie. Il a respecté une concordance avec les situations avérées de l’époque, gardant ce qui semblait le plus logique et le plus cohérent, compte tenu des mœurs et des grands événements de cette période. Vlad, sans le roman de Stoker, serait resté un parfait inconnu, seulement évoqué par les plus spécialisés des historiens. Les quelques gravures le représentant ont été réalisées post-mortem. Quand on connaît la faiblesse de la mémoire humaine, on est en droit de se demander quelle est la part de la réalité, la part de l’artiste ? Essayez, par exemple, de reconstituer, par vos seuls souvenirs le portrait de quelqu’un que vous avez croisé et qui est décédé depuis plusieurs années !

Hermann a donc laissé son imagination prendre le dessus pour donner corps à ce personnage, reconstituer son environnement. Et c’est une réussite. On a beau dire, mais le talent, qui se compose de prédispositions naturelles, ne peut s’épanouir et se concrétiser sans de nombreuses années de travail. Hermann, qui est de la trempe des travailleurs acharnés, dessinant toute la journée et tous les jours, livre un travail sans défauts. C’est beau, c’est magnifique tant pour les personnages, les décors, les expressions, la mise en page. Les couleurs sont superbes, presque des aquarelles et rendent les contrastes de l’époque.

Attention, la vie de Vlad, même si elle a été mouvementée, n’est pas celle d’un héros des récits que ce couple d’auteurs a l’habitude de nous présenter. Le suspense est moindre, mais c’est une prodigieuse reconstitution historique.

Serge Perraud

Sur les traces de Dracula : Vlad l’Empaleur, dessin et couleurs de Hermann, scénario de Yves H., Casterman coll. Un monde, mars 2006, 64 + 8 pages, 14 €



Retour au sommaire