SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
102
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - TV -  Numb3rs - notre avis +

Article précédent :
Smallville revient

Numb3rs - notre avis +

Article suivant :
Viva Las Vegas

La nouvelle série policière que nous propose M6 est basée sur des enquêtes du FBI résolues à la fois par leurs méthodes uniques et les moyens qu’ils ont à leur disposition (contrairement aux autres forces de l’ordre ). La nouveauté est que ce ne sont plus les indices validés par une équipe d’experts (suivez mon clin d’oeil !) qui valident l’enquête mais leur résolution par la mise des faits en équation puis par l’action des hommes du FBI.

A première vue, on s’imagine quelque chose de rébarbatif mais, même si les mathématiques ne sont pas votre tasse de thé, c’est ici mis élégamment en pratique et quelques fois nous fait carrèment flirter avec l’univers ou Dieu.

Don Eppes (Rob Morrow) est agent spécial au FBI à Los Angeles. Malgré les nombreuses techniques créées pour le bureau fédéral, certains cas résistent à leur analyse. Il est aidé de Terry Lake (Sabrina Lloyd - Sliders) et de David Sinclair (Alimi Ballard - Sabrina l’apprentie sorcière).

L’aspect mathématique épate les novices et fait sourire les matheux, mais l’un dans l’autre, la logique de cette science touche tout le monde. Le rôle du professeur (frère de Don Eppes) est particulièrement bien interprété par David Krumholtz (Serinity) qui arrive à jouer une forme d’autisme créatif lorsqu’il travaille et la douleur, la sensibilité à fleur de peau lorsqu’il est confronté à la réalité de ce qu’implique ses déductions et la confrontation avec l’existence de tous les jours qu’il évite à tout prix en se murant dans l’enceinte formée par ses chiffres.

Les enquêtes sont intéressantes et le plus important n’est pas la conclusion mais d’arriver à le faire au mieux (sans erreurs) et au plus vite.

La relation entre les deux frères encadré par leur père Alan Eppes (Judd Hirsch), veuf, est quelques fois conflictuelle car le plus vieux n’est pas le plus doué. Et comme leur père le dit lui-même, lorsque sa femme et lui ont compris que Charlie était surdoué (à trois ans, il pouvait faire des multiplications à 4 chiffres !) ils ont négligé leur aîné pour favoriser le cadet.

Comme joker, on retrouve Peter MacNicol (le célèbre ’Biscuit’ de Ally McBeal) qui incarne le Dr Larry Fleinhardt, un autre savant qui aide Charlie grâce à une plus grande maturité et une connaissance humaine plus approfondie.

Le succès de la série doit à tous ces éléments, mais également à cet ajout original des lois de la physique. Aux États-Unis, des groupes scolaires se réunissent le lendemain de la diffusion de l’épisode pour reprendre chaque formule, la vérifier, la commenter et continuer à trouver des applications pour la vie quotidienne.

C’est à souhaiter que la France (pays où les sciences sont à l’honneur) fasse de même.

La série a déjà à son actif deux saisons et CBS a commandé une troisième. M6 ne nous a pas encore communiqué la date de diffusion, mais on peut supposer que ce sera en première partie de soirée le jeudi soir.




Retour au sommaire des infos TV

S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com