SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Seuls !

"Seuls !" de Fabien Vehlmann et Soda

"Dans une ville dont les habitants ont mystérieusement disparu, cinq enfants vont devoir se débrouiller ... SEULS." (quatrième de couverture)

En début de lecture, l’histoire m’a fait penser à « Messieurs les enfants » de Daniel Pennac. Mais si le roman met en scène des enfants devenus adultes et se retrouvant seuls par condition, ils évoluent tout de même dans un univers rationnel, vivant et bruyant, le scénario de la BD est bien pire pour ses héros.

Vous vous réveillez un beau matin et vous êtes seuls ...

Plus de famille, plus de voisins. Seuls les objets sont intacts. La télé est brouillée, plus d’émissions radio, plus de connexion à l’internet, vous évoluez dans un silence oppressant. Dans une ville qu’on imagine européenne, provinciale mais assez importante, le dessin arrive à rythmer la musique de la vie quotidienne et à la page suivante : plus rien, silence complet. Le rendu est très fort. Il ne reste que quelques animaux, qui de part leur instinct se ressentent d’une grande nervosité.

Situation qu’adulte on a déjà du mal à appréhender. Alors imaginez vous dans la peau d’un enfant de 6 ans ou d’un adolescent de 14. C’est à peu de chose près l’âge que doivent avoir nos 5 héros. Trois garçons et deux filles complètement différents de couleur de peau, de caractère, d’éducation et de situations familiale et économique vont se serrer les coudes dans l’adversité peut-être plus facilement que ne l’auraient fait des adultes.

Le scénario magnifique et angoissant est de Fabien Vehlmann [1].
Le dessin est de Bruno Gazzotti (Soda).
Les couleurs sont de Cerise, l’artiste même qui colorise Soda,
mais là où l’ambiance du policier est noire et violente, ici les tons ont une dominante légèrement plus brune, la présence d’un orage rend l’atmosphère électrique et les artistes savent très bien le faire passer ... du grand art et que du bonheur.

L’éditeur (Dupuis) profite visiblement de la proximité du festival d’Angoulême pour lancer la série, mais vu la qualité, elle n’avait pas besoin de ça !

seuls :
- tome 1 : La disparition - Edité chez Dupuis

Une suite est d’ores et déjà annoncée : “Le maître des couteaux”.
A suivre ...

Tof Fauvet



Retour au sommaire