SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No102
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  DC Universe 3

"DC Universe 3" de

Octobre 2005 - Panini Comics
100 pages - 6,5/10

Plus les numéros passent, et plus mon intérêt décroît. Le premier opus était très bon, le second un peu moins, et le trois commence à nous faire boire la tasse... On commence avec la JLA et le scénariste Chuck Austen qui répète la même idée à chaque numéro, la déplaçant à un nouvel héros ; oui, la peur de l’échec existe bel et bien, mais cela mérite-t-il d’en faire autant d’épisodes ? Le dessin de Ron Garney étant parfois réalisé à la va-vite, on tourne les pages les unes après les autres, sans grand attrait..

JLA Classified ou scénario brouillon et bordélique... tout se règle bien trop vite et facilement à mon goût ; d’ailleurs, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris, tant la super vitesse d’exécution de Grant Morrison pour conclure son arc empêchait toute solidité des bases de son histoire. Finalement, ce récit en trois parties n’aura pas apporté son lot de plaisir espéré : un premier épisode limite incompréhensible, un bon second opus, et un troisième concluant l’ensemble avec une grosse baston.

Flash, ou enfin un scénario sympa ; les relations entre les personnages (enfin, entre Flash et Superman) sont bien décrites, mais bon, 22 pages de course entre Superman et Flash, c’est un poil long, tout de même...

Enfin, Teen Titans ; j’ai hâte de revoir le dessinateur Mckone tant le dessin de Tom Grummett me parait loin de la qualité graphique des premiers numéros (parus chez Semic). L’histoire quant à elle m’intéresse assez peu ; 22 pages pour relater la vie de Raven, c’est un peu trop à mon goût (et le combat en annexe n’a que peu d’intérêt). Et l’absence de négation dans la traduction, bon sang !

Pour conclure, voici un numéro qui se laisse lire mais qui n’évite pas qu’on oublie très rapidement chacune des quatre histoires ; soit parce qu’elles apportent peu scénaristiquement parlant, se répètent, voire sont trop brouillonnes. J’espère davantage de dynamisme dans les prochains opus, parce que je ne me vois pas lire de tels récits de cette sorte pendant encore bien longtemps. Batman reste pour le moment le meilleur titre DC en France.

Grégory Covin



Retour au sommaire