SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Une porte sur l’éther



"Une porte sur l’éther"
de
Laurent Genefort

Editeur :
J’ai lu (10 avril 2003)
 

"Une porte sur l’éther"
de Laurent Genefort



6/10


Jarid Moray est un diplomate indépendant qui vient d’accepter la mission que lui a proposé DemeTer, une multimondiale. Il doit assurer le retour de la tranquillité sur l’Axis afin de protéger les profits de son employeur. L’Axis est un tube de carbone de 126 000 km qui relie Favor et Dunaskite, deux planètes rivales mais complémentaires qui profitent de la même ressource , l’ambrozia.


La tâche de Jarid est rude, car il doit rencontrer toutes les parties en présence, notamment les habitants de l’Axis, qui ont été refoulés des deux planètes et ont délaissé en grande partie la technologie. Les intérêts s’opposent, les trahisons sont fréquentes, les buts inavoués se révèlent malsains et dangereux. Et, par dessus tout, une bombe capable de détruire l’Axis a disparue.


Laurent Genefort a réuni un beau cocktail d’éléments qui permettait d’espérer un récit haletant, à la découverte d’un système écologique hors du commun. Malheureusement, le lecteur a du mal à se sentir concerné par les efforts du héros qui n’en est pas un, tant les situations et les rebondissements n’amènent pas de surprise.


Le plus étonnant, c’est la faiblesse des personnages qui sont transparents et peu développés. Leur attitude, parfois peu réaliste, est prévisible et difficile à admettre. Un exemple : Asia, pirate de l’Axis sanguinaire et violente, s’entiche d’une petite fille sans savoir pourquoi, sauve un inconnu (Jarid) puis le monde en vertu de beaux principes humanistes. Au final, cela manque de crédibilité.


Une porte sur l’éther n’est pas désagréable mais n’apportera pas de plaisir particulier au lecteur, qui peut se tourner vers le cycle d’Omale pour trouver un Genefort plus accompli.


Une porte sur l’éther, Laurent Genefort, éd. J’ai Lu, 252 pages


Christophe Del Rosario






Retour au sommaire