SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  M - R -  Pterodactyles
"Pterodactyles"
de Mark L. Lester

Avec Coolio, Amy Sloan, Cameron Daddo
FIP Vidéo

Les monstres préhistoriques ont toujours fasciné les professionnels du 7ème Art. Pensez donc, recréer ces animaux gigantesques et terrifiants constitue une manne financière considérable pour tout producteur. Sauf que... Hé bien, si il fut un temps où les effets spéciaux de Ray Harryhausen eurent leur petit succès, il est évident qu’aujourd’hui, le public veut autre chose. Spielberg l’avait compris avant de lancer la production « Jurassic Park » : si les effets spéciaux ne faisaient pas illusion, il ne faisait pas le film. La suite, on la connaît. Et depuis, on a droit à quelques petits ersatz de « Jurassic Park », qui lui-même donna deux suites dont une troisième véritablement excellente, au point de supplanter ses deux prédécesseurs. Dans le lot, on a de tout, de l’exécrable (les « Carnosaur » produits par Corman, par exemple) au plutôt bon (« Relic », « Lake Placid ») avec de temps en temps celui qu’on attend, parce que le réalisateur est un bon, parce que l’affiche est sympathique, les premières photos alléchantes, et enfin, les premières projections dans les marchés du film sont relativement positives. « Ptérodactyles » est un de ceux-là. Sauf que le résultat final est bien en deçà de ce qu’on en attendait.
En plein cœur d’Amérique centrale, au pied d’un volcan, des soldats poursuivant des rebelles découvrent en même temps que des étudiants en archéologie une colonie de ptérodactyles vivants qui ne cessent de les attaquer pour les bouffer ! La lutte pour leur survie mutuelle va devoir passer par une entraide à priori pas des plus évidentes.
Ok, c’est simple, les ptérodactyles, ces oiseaux préhistoriques, croisement entre des vautours, des chauves-souris et le tyrannosaure (pour la gueule bien dentelée) font vraiment illusion. En même temps, leurs attaques et autres dégustations d’humains ne sont pas avares en effets gores comme ces bébés ptérodactyles se nourrissant dans l’estomac éventré d’un homme ramené au nid par un parent ! Mais en parallèle à ces « qualités », tout le reste sombre dans la série Z par excellence. Pourtant signé Mark L. Lester à qui on doit des titres tels que « Class 1984 », « Commando », « Class 1999 », un artiste qui ne fait pas dans la dentelle donc mais qui possédait, croyait-on, un réel talent pour le genre violent limite sadique, opinion revue à la baisse avec la plupart de ses dernières œuvres (voir même avec la tristounette adaptation du roman de Stephen King, « Firestarter »), « Pterodactyles » se révèle des plus ternes, voir même laid, en dehors de chaque séquence incluant un des volatiles. Tout le reste n’est que situations ridicules, dialogues ineptes, personnages inexistants, le tout sous une direction d’acteurs, un goût de l’esthétique et du sens de l’action qu’on penserait venir du pire des tacherons plutôt que de Mark L. Lester ! Bref, tout ce devait cimenter une histoire qui aurait pu donner une épatante série B n’existe pas, faisant de ce film une médiocrité qui va encore une fois être préjudiciable au genre dans le cadre d’inédits sortant directement en vidéo, aux qualités réelles mais qui risquent d’être boudés en souvenirs de pièges comme ce sinistre « Ptérodactyles » dont même l’édition DVD ne rattrape rien puisque vierge de tout bonus.

Stéphane Thiellement

Note : 3/10 DVD : 2/10 (copie excellente, format 1.77 image 16/9ème)
Bonus (vostf) : bandes-annonce .



Retour au sommaire