SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Le Vagabond des Limbes : Intégrale vol 7 - Bonjour, la folie

"Le Vagabond des Limbes : Intégrale vol 7 - Bonjour, la folie " de Godard et Ribera

9,5/10

Commencée en 1975, cette saga s’est étalée sur vingt-cinq ans et trente albums.
Axle Munshine a été mis au ban de la société. Pourtant, il en a été l’un des membres importants et respectés. Grand Conciliateur de la Guilde, le nouvel empire galactique, il avait presque le rang de chef d’État. Il a voulu, sur Terracotta sa planète, construire le Translator, un puissant appareil qui permet d’enregistrer ses rêves et de les visualiser. Dans l’un d’eux, il entrevoit une silhouette : Chimeer et en tombe amoureux. Il n’a plus d’autres buts que de la retrouver. Pour cela, il doit franchir la porte entre le monde réel et celui des rêves. Or, le treizième commandement de la Guilde stipule : « Les portes du sommeil jamais tu ne franchiras. » Axle n’hésite pas à devenir un proscrit pour tenter de retrouver son amour. Accompagné par Musky, le fils du prince des Eternautes, il se lance à la poursuite de Chimeer.

Il est certain qu’avec un tel sujet, l’auteur avait de la matière à moudre. Et il ne s’en n’est pas privé !
Cette quête amène Axle à découvrir des mondes où Godard peut se livrer, sous couvert de SF, de transposition dans le temps, à un inventaire de ce qui compose le société des années 1970-90 et en faire une critique sociale sur un ton humoristique. Ainsi, dans les trois tomes qui composent le volume, Godard invente, pour Un Tramway nommé Délire, Phyloland, une planète où tout le monde a son chemin tracé car il est relié, en permanence, à un réseau qui lui dicte ce qu’il doit faire, dire et penser. Dans Monsieur Ko, il s’amuse à organiser une rencontre entre l’auteur et son héros, faisant un bout de chemin ensemble, partageant les mêmes aventures. Avec La Décharge, il prend un ton plus grave pour mettre en garde contre la pollution, l’excès de déchets , l’absence d’une politique incisive de traitement et de recyclage. Il projette, pour ce faire, son héros sur Merdblah-la-Noire.

C’est plein de trouvailles, d’innovations tant scénaristiques que scéniques, de gags. Godard ne recule devant aucun jeu de mots, même les plus ou moins approximatifs, donnant à cette saga un ton humoristique bon enfant qui contrebalance l’humour féroce avec lequel il dépeint les travers de la société des années 1970-80. De plus, il reprend les grandes questions existentielles et les façonne pour tenter d’apporter sa réponse. Un réponse qui baigne dans l’humour. Au-delà, cependant, Christian Godart nous invite à une réflexion sur la quête du bonheur et de sa relativité. (Il est souvent dans le pré !)

Le dessin de Julio Ribera fait merveille. Il met en valeur toutes les inventions du scénariste et, sous des aspects un peu élémentaires, donne le ton juste qui correspond le plus à l’esprit de la scène. De plus, il faut être attentif car nombre de détails sont truculents. Ainsi, sur le couverture, dans une scène où chacun met en œuvre des matériels très futuristes, avec une débauche d’énergie, un technicien scie des planches sur deux tréteaux avec une simple égoïne.

Le Vagabond des Limbes est une formidable saga, qui n’a pas pris une ride et qui sert de référence.

Serge Perraud

Le Vagabond des Limbes : Intégrale vol 7 - Bonjour, la folie, scénario de Christian Godard, dessin et couleurs de Julio Ribera, Dargaud, juillet 2005, 148 pages, 15 €



Retour au sommaire