SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No105
105
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  L’Alchimiste du neutronium, t. 2 : Conflit



"L’Alchimiste du neutronium, t. 2 : Conflit"
de
Peter F. Hamilton

Editeur :
Robert Laffont (24 septembre 2001)
 

"L’Alchimiste du neutronium, t. 2 : Conflit"
de Peter F. Hamilton



+++++


Peter Hamilton a fait une entrée fracassante dans le ciel de la SF avec le Best seller The Night’s Dawn dont les éditions Robert Laffont ont publié jusqu’à présent quatre volumes (sur 6), volumes qui sont un seul et gigantesque roman. L’Aube de la nuit est sans conteste un monument littéraire et le titre à lui seul apporte le paradoxe. Même si la phraséologie hamiltonienne se fait absconse, le lecteur se l’approprie rapidement pour plonger dans une véritable épopée intersidérale d’inspiration cyberpunk, riche de rebondissements et au récit complexe.


Réfugiée à Ayacucho, Alkad Mzu bénéficie du soutien logistique de jeunes nationalistes voulant venger la destruction de Garissa. C’est par l’intermédiaire de l’un d’eux que la fugitive la plus recherchée de la galaxie arrive à quitter l’astéroïde pour Nyvan. Il lui faut trouver impérativement l’Alchimiste. Récemment débarqué dans le système des Dorados, Joshua Calvert traque lui aussi la célèbre scientifique et découvre avec stupeur l’existence d’un demi-frère, Liol Calvert, revendiquant le Lady Mac ! Dexter Quinn, dans sa préparation à la venue du Frère de Dieu, a réussi à s’emparer du réseau DS de la Nouvelle Géorgie et sème le chaos avant de foncer droit vers la Terre. Sur Nyvan, l’Organisation de Capone double les services secrets, tant adamistes qu’édénistes chargés de localiser Mzu, et convainc cette dernière de leur livrer l’Alchimiste. L’intervention de Joshua Calvert, aidé d’alliés impromptus tire la scientifique d’une bien mauvaise passe. On découvre enfin l’emplacement de la super arme à l’usage terrifiant qui va être en fin de compte détruite.


L’offensive des Possédés se fait cruellement sentir dans la Confédération et ce malgré la quarantaine : prise d’Arnstadt, d’Ayacucho, de la colonie astéroïde Ethenthia nonobstant l’acte de bravoure d’Eric Thakrar ; Norfolk, Valisk et Tranquillité sont emmenées hors du continuum eisteinien ; “deal” passé entre Capone et Kiera pour que l’Organisation fasse main basse sur la production d’antimatière dans le système de Toi-Hoi ; multiplication de brèches dans l’univers réel. Tout se passe comme si la situation était définitivement favorable aux forces de l’au-delà. Pourtant, l’état-major de la Confédération entrevoit une riposte face à l’avancée du phénomène de possession : raids éclairs contre les planètes et astéroïdes sous le joug des Possédés, attaques surprises des cargos transportant de l’antimatière, alliance avec le royaume de Kulu. Sur Tranquillité, le travail sur la pile laymil a livré son secret : accepter la mort, ne plus craindre l’au-delà. C’est à peu près la teneur du discours que tient la kiint Malva à Syrinx et Ruben sur Jobis.


L’Aube de la nuit est bien plus que le simple affrontement entre deux systèmes politiques antagonistes. Le roman fait apparaître deux conceptions socioculturelles, deux façons d’envisager le monde : celle des Adamistes (dystopie), assujettis à la technologie nanonique et celle des Edénistes (utopie), champions de l’ingénierie génétique, ayant développé le lien d’affinité. Le thème central paraît bien être la religion, non plus une religion enfermée dans son dogmatisme mais ouverte sur la spiritualité, et l’auteur semble diriger doucement le lecteur vers un dénouement métaphysique du conflit. Peter Hamilton a su éviter l’écueil facile d’une dualité Bien (les vivants) contre Mal (le monde désincarné des Possédés) en mêlant habilement le fanatisme, l’abnégation, la compassion au travers de l’évolution des multiples personnages. Tout en consolidant l’intrigue, Conflit pose distinctement le problème de l’angoisse de l’invasion, traduite ici par la possession, projection phobique de la perte identitaire, de l’atrophie des émotions humaines et de l’absence de mémoire. Hamilton a créé l’adversaire de l’au-delà à notre image pour mieux faire ressortir nos cauchemars. Efficace.


L’Alchimiste du neutronium, t. 2 : Conflit, Peter F. Hamilton, Robert Laffont. Traduction : Jean-Daniel Brèque. 552 p.


A. Marcinkowski






Retour au sommaire