SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No104
103
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  G - L -  Les clones déviants



"Les clones déviants"
de
P.J. Herault

Editeur :
Rivière Blanche
 

"Les clones déviants"
de P.J. Herault



8/10

Il arrivera un jour où on vous accusera de déviance. Souvenez vous que c’est un mot inventé par les humains. Un clone ne peut être déviant puisqu’il n’a pas encore la qualité d’humain ! Notre existence même est une déviance de la nature, perpétrée par ceux qui vous en accuseront.

Engagez vous, engagez vous ! Les Clones n’ont pas eu le choix. Jetés dans le fracas des combats au sol et des batailles spatiales, suivant les ordres des "Humains", les Clones se font massacrer par millions. Jiviane Perich le clone coordinateur des combats s’est vu attirer la haine de ses supérieurs humains pour avoir limité les dégats chez les troupes de clones. Puis il a réalisé que l’ennemi avait tendu un gigantesque piège. Et le pire : il a sauvé la situation en exécutant une tactique improvisée qu’un Humain avait essayer en vain de reprendre à son compte. Le châtiment sera exemplaire : réintégration dans les troupes au sol ! Comme il a dépassé la quarantaine ses chances de survie sont des plus réduites. Mais de toute façon les Clones des deux camps sont destinés à être anéantis dans une bataille à l’échelle d’une planête. L’égo des Humains leur empéchant d’admettre la réalité du piège qu’un Clone a réalisé avant eux, ils vont envoyer de plus en plus de Clones au sacrifice inutile.
Jiviane envisage toutes les possibilités comme la législation, utilisée dans la trilogie des Gurvan (1) mais elle est ici vouée à l’échec. L’exil sur une lointaine planête comme dans "Ceux qui ne voulaient pas mourir" (1) condamnerait les prochaines générations qui seraient rattrapées par le niveau technologique des Fédérations. Il n’y a pas de super-pouvoirs disponibles comme dans "La Fédération de l’amas" (2). Alors, quelle solution reste t-il aux Clones ?
En une année c’est le troisième roman de P.J. Herault après "La Fédération de l’Amas" et "Les Ennemis" (3) sur le thème de combattants des deux camps cherchant à survivre face à un ennemi commun. Néanmoins il présente une originalité de taille. Cette fois il s’agit de clones en lutte face à l’ostracisme de leurs dirigeants, prêts à les sacrifier pour satisfaire leur vanité.
Dommage que ne soit pas abordé d’avantage le phénomène de clonage. En raison de la grande variété des "cellules souches" aucun des principaux protagonistes n’est confronté avec un de ses doubles.
En fait, le statut de clone permet une dénonciation subtile du racisme en soulignant son absurdité. En effet les "Humains" méprisent les "Clones" alors qu’il n’y a pas de différence génétique avec eux. Humains et clones ne naissent plus à l’ancienne mais dans les "maternas" (phénomène classique dans les romans de P.J. Herault), dont l’origine est enfin expliquée. Dans des matrices artificielles incubent les "Humains" à partir des cellules de leurs deux parents et les "Clones" à partir de la reproduction d’un individu souche qui s’était signalé par ses capacités physiques et intellectuelles.
Ayant un statut similaire aux Clones de Star Wars et aux In-Vitro de Space 2063 ( série TV de Chris Carter) les Clones sont méprisés par les Humains alors que dans le futur les distinctions raciales ont disparu du fait du brassage des populations. Jiviane doit même chercher dans la banque de données la définition du mot racisme : "sentiment de supériorité injustifié d’une population à l’égard d’une autre".
Quelle que soit l’époque la race humaine a besoin de mépriser un autre groupe de sa population. Paradoxalement c’est un Clone qui va faire preuve d’individualité en refusant la fatalité de sa condition et de l’extermination.
Une quête de la survie à l’échelle du space-opéra : efficace !

(1) Fleuve Noir
(2) Rivière Blanche n°2005
(3) Les éditions de l’Officine

Damien Dhondt

P.J. Herault _ Les clones déviants _ Rivière Blanche n°2014 (octobre 2005) _ Inédit, moyen format






Retour au sommaire